⁂ Assassin's Creed


Sortie française : 21 Décembre 2016
Réalisé par : Justin Kurzel
Nationalités : Américain, Français
Genre : Action, Science fiction
Distribution : Acteur (rôle)
Michael Fassbender (Cal Lynch/Aguilar de Nerha) ; Marion Cotillard (Sofia) ; Jeremy Irons (Rikkin) ; Ariane Labed (Maria) ; Denis Ménochet (McGowan)...


Synopsis : (-12 ans)

Grâce à une technologie révolutionnaire qui libère la mémoire génétique, Callum Lynch revit les aventures de son ancêtre Aguilar, dans l’Espagne du XVe siècle. Alors que Callum découvre qu’il est issu d’une mystérieuse société secrète, les Assassins, il va assimiler les compétences dont il aura besoin pour affronter, dans le temps présent, une autre redoutable organisation : l’Ordre des Templiers.


J’avais peur de le regarder. La première fois que j’ai vu la bande annonce et les photos du film, les costumes avaient l’air moyen mais finalement en voyant le film, ce n’était pas aussi pire.

Je dois dire avant tout que j’ai dû louper quelques informations car parfois je n’arrivais pas à comprendre surtout pour le Credo, c’est juste rentré vers la fin. Ha ha ! Il y a assez peu d’informations concernant certains éléments. J’avais énormément de questions sur les passés, la famille pour des personnages. 

Reprenons du début. Faut bien hein ! Callum Lynch, est condamné à mort. Au lieu d’être mort, il se réveille dans une étrange structure. Les personnes qui le détiennent veulent, grâce à la mémoire génétique, que Callum revive les aventures de son ancêtre au temps de l’Inquisition Espagnol. Roooh que j’aime rien que l’idée. Oops. Il descend de la guilde des Assassins et leurs pires ennemis sont L’Ordre des Templiers. BOUYAAA
Dans ma tête, je sautille de partout. Tout ce qu’il touche à l’Histoire fait le même effet si j’étais devant le Papa Noyel, et des licornes. *-*

J’ai adoré le concept. Il y a un gros défaut à ce film, c’est le manque de profondeur et de certaines informations. On dirait qu’il prépare une suite car c’est vraiment ce qu’on attend – une suite. 
Du coup, le concept de revivre certains moments de la vie son ancêtre est vraiment génial. J’étais vraiment à fond dans l’histoire côté Inquisition Espagnole, c’était une période assez horrible. Je ne veux pas trop dévoiler, juste un secret est resté caché pendant plus de 500 ans, et ça sera ici qu’on saura où il est. J’avais inconsciemment deviné quelque chose. Rooh trop forte ! =P Bref, on se sentait à cette époque et à l’aventure de ses Assassins. Une certaine angoisse et un petit réalisme envers certains personnages pendant les combats. Il y a une femme assassin et ça m’a perturbé car j’ai eu l’impression que ce n’était jamais la même actrice… =/ 
Quand on dit Inquisition, le mot « religion » revient assez souvent. Le jeu de règles, de pouvoirs sont les maîtres mots. Remarquez, encore aujourd’hui… =P Faut pas oublier l’Ordre… 

Du côté XXIeme siècle, ça met plus de temps à se mettre en place. Les informations se dévoilent au compte-goutte et le personnage de Marion Cotillard alias Sofia, j’ai vraiment eu du mal à le cerner. Je ne sais toujours pas d’ailleurs si j’ai réussi. Ça met du temps à se mettre, néanmoins, des éléments sont dévoilés. C’est vrai que je suis en contradiction, nous avons des données principales voire primordiales mais pas les petits détails, d’autres éléments moins gros qui sont là. Il manquait quelque chose. Je suis sortie du cinéma avec un petit goût d’inachevé alors que j’ai adoré ce film avec ses combats et ses effets spéciaux.
Ces derniers sont un beau visuel. C’est assez impressionnant. Je rigolais beaucoup au jeu de pose comme je dis. Ça m’a fait un chouille rire. On s’en prend plein la vue. Le jeu d’acteurs n’est pas si mal que ça. Je me suis bien régalée ! 



C’est un film avec de supers effets spéciaux, des beaux combats. Le film est prenant même si je me suis perdue. Néanmoins il manque de profondeur et on attend impatiemment une suite !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Palimpsestes, T1 - Impressionnisme de Emmanuelle Nuncq

Interview de Georgia Caldera

Effroyable porcelaine, de Vincent Tassy