Harry Potter et l'enfant maudit de Jack Thorne et John Tiffany



Editions : Gallimard Jeunesse
Collection : Grand format littérature
Auteur : Jack Thorne et John Tiffany
Parution : 14 Octobre 2016
La huitième histoire. Dix-neuf ans plus tard.
Être Harry Potter n'a jamais été facile et ne l'est pas davantage depuis qu'il travaille au cœur des secrets du ministère de la Magie.
Marié et père de trois enfants, Harry se débat avec un passé qui refuse de le laisser en paix, tandis que son fils Albus affronte le poids d'un héritage familial dont il n'a jamais voulu.
Quand passé et présent s'entremêlent dangereusement, père et fils se retrouvent face à une dure vérité : les ténèbres surviennent parfois des endroits les plus inattendus.

Le texte intégral de la pièce de théâtre.
D'après une nouvelle histoire originale de J.K. Rowling, John Tiffany et Jack Thorne.
Une pièce de théâtre de Jack Thorne.


Merci à Gilles Paris et aux éditions Gallimard d’avoir permis de donner mon avis. =D

Avec tous les avis qui sont tombés j’hésitais à le lire et je l’ai considéré comme un bonus fait par des fans. Je sais que ce n’est pas J. K. Rowling du coup hop hop hop.


J’ai bien aimé, j’ai adoré retrouver les personnages même si il y a quelques couacs. C’est vrai que c’est une pièce de théâtre et que ça manque énormément de détails. Ça ne m’a pas empêché de retrouver la magie de la saga car mon cerveau a fait tout le reste comme je venais de finir, juste avant, la saga « Harry Potter ». Du coup j’avais toujours des étoiles plein les yeux. En lisant « Harry Potter et l’enfant maudit », j’ai ajouté la magie de la saga dans cette pièce et ce qui fait que je l’ai apprécié tout en la prenant pour une fanfiction. 

Alors parlons de l’histoire… Harry Potter est marié et père. Ça se passe juste à la fin de la saga. Albus, le fils d’Harry, porte très mal le nom Potter et il en a marre qu’on le juge que d’après ça. Ça peut se comprendre mais sincèrement c’est un brin abusé je trouve car classique. Un peu comme les 4 maisons à Poudlard qui crée des fossés et des préjugés… Bref, Albus se retrouve à Serpentard (ma maison chouchou) et il va être ami avec Scorpius, le fils de Drago Malfoy.  

Harry est toujours égal à lui-même et j’ai adoré le rapprochement des fils Potter et Malfoy. L’histoire est assez entraînante et prenante. Il y a un peu de nostalgie avec le mélange passé et présent. Voir les enfants, ça ne m’a pas dérangé. J’ai aimé les découvrir et apprendre sur eux et voir leur évolution et comment ils allaient faire pour tout arranger. Néanmoins, je trouve que le thème est assez classique et casse un peu le tout. Les anciens personnages nous en voyons certains et j’avais souvent le sourire. Par contre, Harry Potter m’a un peu énervée comme dans la saga remarquez. 
Une prise de conscience pour les protagonistes. J’ai pleuré tellement c’est tristounet, j’ai souri et ri. Ce que j’ai vraiment apprécié dans cette pièce est la conclusion non bâclée. Ce n’est pas abrupt comme dans la saga. =D
Les descriptifs  me poussent à poser une question : Comment ils font avec tous les changements de décor ? En tout cas, j’aimerai bien la voir.



La pièce de théâtre est un bonus pour les fans de la saga. Les nouveaux personnages sont plaisants et les anciens sont toujours eux-mêmes. Les enfants sont différents de leurs parents et ce n’est pas pour me déplaire. Une intrigue qui tient à moitié la route car il y a quelques couacs et c’est assez classique. Néanmoins la magie du nom « Harry Potter » m’a permis de rentrer dans cette histoire et avoir le sourire aux lèvres.



Commentaires

  1. Il faudrai vraiment que je sauté le pas mais trop peur d'être decu

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que ça dépend comment tu le prends. Après je ne pense pas que ça soit vraiment une suite. Tu peux te dire que c'est un bonus qui se passe dans le même univers que Harry Potter. ^_^

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Palimpsestes, T1 - Impressionnisme de Emmanuelle Nuncq

Interview de Georgia Caldera

Effroyable porcelaine, de Vincent Tassy