La Boiteuse, de Françoise Grard


Editions : Gulf Steam
Collection : Electrogène
Auteur : Françoise Grard
Parution : 3 Octobre 2016
Je n’aurais pu dire pourquoi cette certitude se glissait en moi comme un serpent froid entre mes omoplates. Seulement que je savais que mon salut ne passerait plus par lui ; une évidence monstrueuse qui ne me révoltait même pas. Wilfred ne viendrait plus. Trahie par Wilfred, qui l’a abandonnée seule et blessée au milieu des Highlands désertes, Aurore, revenue infirme d’Écosse, se protège des autres et de l’amour comme elle le peut. La jeune femme se reconstruit à tâtons et étouffe en elle colère et angoisses, bien décidée à ne plus jamais entendre parler de celui qu’elle a tant aimé. Mais à la suite d’étranges révélations et de signes inquiétants, elle doit se résigner, malgré elle, à remonter sa piste. Tandis que le mystère s’épaissit, elle s’aperçoit que, prise au piège des apparences, elle s’est trompée sur lui. Découvrir la vérité sur Wilfred entraînera la jeune fille au coeur de lourds secrets et d’un terrible drame familial.


Merci à Babelio et aux éditions Gulf Stream de m’avoir permis de donner mon avis ! =D

En lisant le résumé, je ne pensais pas que l’histoire du roman allait prendre ce genre de chemin. Je n’imaginais absolument pas ça.  Je suis un peu divisée, le début est un peu long avec une Aurore psychologiquement « détruite » mais après ça devient plus intéressant (quand Aurore énerve plus en fait =P) 

Aurore part avec son ami, Wilfred en Ecosse. Sauf que le voyage de rêve vire au cauchemar, Wilfred a abandonné Aurore infirme… Pourquoi a-t-il fait ça ? Tout en voyant une Aurore évoluer au fil des pages, nous allons découvrir petit à petit la personnalité de Wilfred et le pourquoi du comment il en est arrivé là. ;)

Il est un peu long à démarrer. C’est intéressant de voir Aurore avant son accident. C’est une jeune femme insouciante vivant dans une bulle sans pour autant oublier le monde alentour. Elle aime bien son cocoon et son enfance ne l’a pas vraiment aidé. =/
Le roman est coupé en plusieurs parties. Ça monte en crescendo à chaque partie car nous apprenons un peu plus ce qu’il s’est passé avant, pendant et après. Je me répète mais c’était vraiment long et un peu barbant car les états d’âmes d’Aurore m’énervaient un peu. Elle est dans le déni, naïve, mais elle a surtout peur d’être seule. Tout le long elle va se réveiller et voir que finalement être curieux ça peut être bien. =P  Elle se laisse guider, ce qui n’est pas mal en soi mais chez elle y a un truc qui cloche. =P
Wilfred, c’est Wilfred. Qu’est-ce qu’il a ? Qu’est-ce qu’il cache ?

Sans imaginer ça comme roman, j’ai pris de plus en plus plaisir à le lire. Je voulais découvrir la vérité, passer un grand cap, je n’arrêtais pas de tourner les pages. Aurore m’a vraiment cassée les pieds, après son accident, elle est infâme, logique d’ailleurs, mais personne, PERSONNE ne la bouge. L’autrice a bien mis en avant son état psychologique, ses besoins, sa vie meurtrie et son « renouveau » (j’ai la Reine des Neiges en tête du coup-là, oops). Sa convalescence est dure et va avoir un coup de fouet à un moment donné. Aurore sera déterminée tout en ayant une peur bleue de découvrir la vérité sur Wilfred. Heureusement qu’un personnage est là. ;) Elle va faire une sorte de  mise au point. =P Elle va se découvrir, prendre conscience de plus de choses également et essayer d’accepter d’autres éléments, événements. Elle m’a tapée sur le système quand elle est dans sa « phase » je me plains. Je ne dis pas que ce n’est pas bien, c’est génial d’ailleurs, mais j’aurais aimé rentrer dans le roman et la secouer comme pas possible. A la fin, elle serait morte du coup tellement je l’aurais secoué. =P
Il y a plusieurs personnages secondaires à des degrés différents, qui vont plus ou moins aider, dynamiser notre héroïne. 

Parallèlement, nous lecteur nous avons de la chance, nous avons d’autres éléments mais on n’en veut encore. Après la phase « psychologiquement détruite, y en a marre de tout » de Aurore, ça devient de plus en plus intéressant dans l’histoire principale. On a notre lot de découverte et je suis restée super idiote à la fin. BÂTARD ! CONNARD ! Oops. Nous comprenons beaucoup mieux des choix, des comportements. Il y a des petits indices ici et là mais c’est vrai j’étais dans une phase « pas envie de lire » et une héroïne casse bonbon ne m’a pas aidé. =P

J’aime beaucoup le style de l’autrice, une écriture métaphorique, un brin poétique, imagé. Ca allégeait le récit quand Aurore était casse pied. Un peu mélancolique aussi je dirais, Aurore, pas l’écriture hein !
Y a un passage où on se dit que ça finit bêtement, remarquez même l’héroïne a compris ! =P En prime, j’ai mieux compris la couverture après ma lecture. =)



C’est un roman psychologique avec une héroïne brisée, fragile, casse bonbon. Le roman est long a débuté mais une fois un cap passé, nous n’arrêtons pas de tourner les pages. On veut découvrir la vérité et savoir comment tout ce petit monde va s’en sortir sur tous les plans. ;)


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Palimpsestes, T1 - Impressionnisme de Emmanuelle Nuncq

Interview de Georgia Caldera

Effroyable porcelaine, de Vincent Tassy