Ezéchiel Stan, T1 - La Traque de Denis Lereffait

Editions : Rebelle
Collection : Galactée
Auteur : Denis Lereffait
Couverture : Karen M
Parution : 4 Juillet 2015



Résumé :
Avec l’aide de leur logisticien Ezéchiel Stan, des chercheurs de météorites extrasolaires parcourent le monde pour les traquer, n’hésitant pas à braver les dangers et les régions instables.
Une nuit, en toute illégalité, ils pénètrent sur un terrain militaire dans le désert du Nevada pour aller au bout de leurs rêves. La récolte s’annonce fructueuse, la pluie de météorites leur donne à espérer des résultats à faire pâlir les autres collectionneurs.
Au détour d’un gros rocher, une maison partiellement détruite va les conduire de surprises en surprises...



Mon avis : 
Je remercie Rebelle Editions pour ce service presse. 

J’ai vraiment mis du temps à le finir, quelques semaines. Avec le résumé je ne m’attendais pas à ça, j’imaginais autre chose. Pourtant, c’est intéressant mais long car on ne sait pas où l’auteur nous mène. Je n’ai pas cherché midi à quatorze heures, je me suis laissée aller en suivant le personnage principal, Ezéchiel Stan. C’est écrit à la troisième personne et l’écriture de l’auteur a une particularité, ça fait très pro, militaire, droit, dans ce sens-là. 
Ce premier tome met l’histoire en place et c’est quand un élément est révélé que ça devient vraiment intriguant. Encore « révélé » c’est un grand mot, j’avais plein d’hypothèses et je crois que j’ai faux. Je cogite beaucoup sur des détails et ça devient croustillant quand on s’approche de la fin, ça s’accélère mais nous sommes toujours dans le flou, un peu total d’ailleurs. Même si on suit Ezéchiel, on est davantage « perdus ». Quand il explique aux autres personnages, eux, ont une version mais nous, enfin, moi j’hallucinais un peu. « Ouhla ! » « Hein ? », ça n’arrêtait pas. Si j’ai mis longtemps à le finir, l’histoire nous fait cogiter pour découvrir la vérité et je me pose toujours des questions d’ailleurs.

L’histoire est vraiment intéressante même si c’est vraiment long à démarrer. Bon, peut être au début on pique notre curiosité mais il y avait quelques longueurs. J’étais plus dans le roman, quand il y avait de l’action. Ça nous permettait d’avancer et j’essayais d’écouter, euh, de lire attentivement les indices donnés. Devant des premières pièces du puzzle où souvent je suis restée perplexe/sceptique. 
Comme je n’imaginais pas ça, j’ai été un peu déçue puisque j’avais une peur bleue, ce que j’ai pensé pendant les premiers chapitres (qui sont très longs) étaient des idées très classiques de certains genres. Pourtant l’auteur a su créer de l’originalité en mettant ses bases dans ce premier tome. 
Je me pose beaucoup de questions à la fin de ma lecture. Ma curiosité me pousse à aller lire le tome 2 mais j’ai toujours peur qu’on tombe dans certains thèmes  classiques.  Je ne veux pas dévoiler les thèmes ou les sujets sans spoiler, donc à vous de voir pour lire ce premier tome. C’est assez particulier.  Je n’ai pas vu les retournements de situations et le personnage Ezéchiel Stan est un rebondissement à lui tout seul ! Quand on fait abstraction des longueurs et qu’on lit les explications donnés, les rebondissements nous surprennent et nous poussent à continuer car la curiosité est un vilain défaut. Oui, oui. C’est prouvé par une étude très, très sérieuse. =P Ou pas…
Par contre, j’ai trouvé quelques incohérences où qu’il n’y avait pas eu assez de recherches sur certains éléments. Ça reste de la science-fiction, je peux pardonner… peut-être… =P



Ezéchiel Stan est un roman qui est long à démarrer après une révélation. Des détails nous poussent à continuer même si l’histoire se met très lentement en place. On s’interroge beaucoup et l’auteur nous fait tourner en bourrique. Passé un cap, ça devient beaucoup plus intriguant et on se pose souvent cette question : « qu’est-ce qu’ils préparent ? ». J’ai quand même envie de connaître la fin de cette histoire et quelles seront les rebondissements. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Palimpsestes, T1 - Impressionnisme de Emmanuelle Nuncq

Interview de Georgia Caldera

Effroyable porcelaine, de Vincent Tassy