Les Herbes de la Lune, tome 2 d'Anne Laure


Editions : Le Chat Noir
Collection : Cheshire
Auteur : Anne Laure
Couverture : Nicolas Jammoneau
Parution : Septembre 2015




Résumé :
"Mon équilibre personnel me faisait penser à un sablier. Il était de mon devoir de garder la même quantité de sable de chaque côté de l'ampoule en verre. Vie humaine. Vie druidique. En franchissant la ligne, je me perdrais." Après avoir embrassé sa véritable nature, Abigail va faire face à ses ambivalences pour gagner sa place au sein de la communauté, entre apprentissage et déboires sentimentaux.


** Je crois que je n’ai pas spoilé mais si vous avez lu le 1, certaines choses peuvent vous mettre la puce à l’oreille… ou pas. =P Jetez-vous dans la Nature ! **


Mon avis : 
Après cette fin du tome précédent, je voulais me jeter sur la suite mais malheureusement je guettais ma commande puis après j’avais des livres en attente et j’ai enfin lu cette suite. Celle-ci est également la fin de « Les herbes de la Lune ». J’attendais impatiemment de connaitre la fin de cette histoire. Qu’est-ce que l’auteure nous réserve… Puis, un après-midi la couverture m’envoûtait et l’histoire m’appelait. HOP une soirée à le lire ! =D
Cette couverture est de Nicolas Jamonneau. Elle représente très bien le roman. On ressent tout autant la magie druidique, les lumières lunaires et le souffle du vent avec cette sensation mystérieuse !

Abigail ignorante au début va découvrir ses origines beaucoup plus que dans le précédent. Elle est déchirée entre ce qui se déchaîne en elle. Elle hésite, elle est beaucoup plus émotive, un peu incontrôlable. Tout ça va se stabiliser jusqu’à qu’elle va s’accepter enfin. Accepter qui elle est, accepter les secrets, accepter la vérité et essayer d’avancer malgré la peur. Indirectement ou directement ses proches vont l’aider mais c’est à elle de faire le plus gros. Elle va être traversée par toutes sortes d’émotions, doute, jalousie en passant par l’angoisse ou encore l’attraction.
Timothée est déterminé. Il veut protéger Abi, il est patient et à toujours la présence réconfortante. Ma romantique en moi aime ça. *-* Hé hé. Tim a aussi les mots « justes ». Maintenant qu’on sait plus sur lui, ça va changer pas mal de choses mais également connaitre ses pensées. Celles-ci nous donne un avantage au grand dam de l’héroïne et également elles sont mystérieuses et énigmatiques. Elle-même doute mais nous à cause de ça aussi, et plein d’interrogation dans notre tête. J’avais l’impression d’être un peu dans la confidence. =P Et LA question : « vont-ils être ensemble ? » TA TA TAAAAN ! Je ne dirais rien. Maelann toujours aussi perdu, déstabilisé, déchiré. Il a deux facettes. C’est un personnage qui m’a plu, j’aurai aimé qu’il soit un peu plus développé. Je ne sais pas un peu plus quoi. x) Il me manquait quelque chose le concernant. Il a un côté sombre, mystérieux mais brisé. J’aurais tant aimé le réconforter mais je n’ai pas pu. Ha Ha Ha. Beh ouais quoi, je ne suis pas dans le roman. =P
Ses amis sont toujours présents mais moins. Le côté druidique prend plus le devant de la scène pour notre plus grand plaisir. Anne Laure a créé un monde super intéressant. J’avais peur qu’on ne sache pas des choses mais finalement on sait ce qu’on a besoin de savoir. Les révélations sont faites au fur et à mesure. Les secrets sont dévoilés. J’étais contente d’avoir découvert certaines d’entre elles. Mouhahaha !
Et André, celui-là, on sait enfin ce qu’il cachait ! HA HA ! Le petit cachottier. Cette aura mystérieuse qui l’entourait va se dévoiler. Youpiiie ! Par contre, je me suis prise une moitié claque. Oui, pas entière mais une moitié ! =P J’vous jure que ça existe ! Parole de scout !

Ce deuxième et dernier tome est apaisant et stressant à la fois. On alterne les événements, les péripéties se forment entrecoupés de doutes, de calme (raaah que je déteste ce calme), ce qui fait qu’on reprend notre souffle. Ce dernier, je me suis aperçue que je le retenais jusqu’à que j’expire. Le roman m’a pris à la gorge ou plutôt au souffle. J’avançais de plus en plus vite, je voulais savoir la suite de cette bataille entre les druides. C’est sombre en aillant sa légèreté. La tension est intense mais des passages nous font reprendre notre calme en même temps qu’Abi. Ce calme me contraignait un peu. Je ne saurais l’expliquer. =P
Le monde druidique est plus intense. On rentre complètement dedans. D’un côté je suis malheureuse de ne pas le retrouver plus tard mais de l’autre, je suis contente que ça se termine. Sérieusement avoir des pouvoirs liés à la nature est complètement génial mais leurs lois à la noix, brrrrrr. De cet univers, on va apprendre, découvrir, faire resurgir le passé mais aller de l’avant. Une belle initiation entre les vieilles générations et les nouvelles. Est-ce que le Mal et le Bien sont vraiment deux concepts séparés ?
L’auteur a réussi à me faire pleurer. Je ne m’y attendais absolument pas mais vraiment pas. Une petite chose s’est cassée en moi. =P Les larmes ont coulé. Mes Dieux que c’était triste. Il y a quand même une scène que j’ai trouvée belle. Ou plusieurs... Qui sait ?

Malgré que j’aie trouvé le début, de cette saga, lent, l’histoire des druides et l’écriture d’une certaine manière magiques valent le détour. J’ai beaucoup aimé ce monde entouré de magie, de vibration, de pouvoir et le plus important et la plus magnifique des choses qui existent la Nature en elle-même.

J’ai refermé le roman avec le sourire avec tout de même une petite tristesse en moi. =) 

Commentaires

  1. Je n'ai pas lu le premier tome, d'ailleurs je ne connaissais pas cette saga ! Mais ça m'intrigue, j'aime bien ce genre d'histoires, avec des druides etc.. J'avais lu La Moïra dans le même style. Une moitié de claque? XD. Bon, je te crois si tu me dis que c'est possible ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mdrrr. Connais pas La Moïra. =) Oui, oui une moitié ! =P

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Palimpsestes, T1 - Impressionnisme de Emmanuelle Nuncq

Interview de Georgia Caldera

Effroyable porcelaine, de Vincent Tassy