NéaChronical T3 - Manus Dei de Jean Vigne


Editions : Le Chat Noir
Collection : Griffe Sombre
Auteur : Jean Vigne 
Couverture : Mina M
Parution : Mars/Avril 2015


Coup de  bizarroïde diabolique


Résumé :
Par trois fois, on m'a laissé pour morte. 
Dans l'ombre d'un seul et même homme. 
Le temps de la vengeance est enfin venu.


*** Spoiler sans spoiler, ce n’est pas simple de donner un avis sans spoiler ! Alors à vos risques et périls ! *** 
J'ai été gentille ! Oui, je vous le jure ! Croix de bras, croix de fer, si je mens, je vais à ... à cacahuèteland ! *-*


Mon avis :
La fin du tome 2 était, comment dire, CRITIQUE. Le temps était compté. J’ai failli avoir des attaques et j’ai attendu impatiemment ce petit tome 3. Une fois dans la main, j’étais frileuse. Je ne savais pas à quoi m’attendre. On m’a prévenu que c’était encore différent et j’ai attaqué le livre avec une petite crainte. BOOM ! Le danger est revenu au galop en mettant une boule dans le ventre et vite, vite on dévore les pages pour savoir !
Au commencement, plein d’émotions à la fois sont passées : j’étais contente, surprise, sur la défensive, un regard méchamment mauvais, effarée, effrayée et j’avais envie de me jeter dedans pour empêcher un truc ! Oui, un truc. Ce n’est pas bien de spoiler ! :P
Ce tome 3 nous transporte littéralement. Accrochez-vous car dès le départ, on se pose pas mal de questions. Sérieusement ? L’auteur a mis ça ? Nan, il n’a pas fait ça ? Mais je trouve que d’un côté ça peut être logique si on n’y pense. Bi !

L’humour de Néa me plait au plus haut point. Ca y est, au troisième tome, je l’adoore enfin surtout son humour un peu voire beaucoup noir. Cet humour donne du réconfort au récit et nous permet de rire dans des moments délicats ou non.

Bon bon avec ce tome 3, les nerfs ont lâché plus d’une fois. La surprise est présente tout le temps du récit.  Oui, oui ! Les rebondissements ne manquent pas, pour notre, non, MON plus grand plaisir. Egoïste je suis ! Héhé ! :D
C’était tellement irréel et génialissime des passages qu’on s’étonne, hurle, crie (mince, c’est pareil), qu’on fait les gros yeux et j’en passe. Non, ce n’est pas le pays des bisounours, la dureté du monde est là mais aussi elle est étonnante et j’ai râlé ! C’est difficile de ne pas râler avec Néa !
On avait le « Temps » avec le deux précédents mais dans celui-là, c’est quoi ce binz ? Sérieux ? J’hallucine ! *-*
Il y a quelque chose où on s’y attend, c’est dans une logique même, mais une autre où c’est : WHAT ?

La tension monte au fil des pages, la confusion du début s’éclaire au fur et à mesure, les puzzles s’emboitent tout en donnant autant de questions que de réponses. Ce troisième tome tourne à 180° du précédent qui était aussi très différent. Jean vigne sort encore des sentiers battus, donne sa touche sur une légende (qui pour moi, dans mon monde romantique est fabuleuse, alors imaginez celle de l’auteur, mon cœur a souffert) et a su nous faire tourner en bourrique en découpant son roman de cette manière en suivant plusieurs personnages. Croooo bien !

Les personnages plus découvert dans le tome 2, se dévoilent de plus en plus dans un jeu de pouvoir, de complot et sombre jusqu’à devenir hallucinant au niveau de la destruction et du danger.
Les personnages féminins incarnent toutes les femmes : fatales, jalouses, sentimentales, tueuses, rancunières, déçues…
Le pouvoir, ce vil sentiment, est en place et fait avancer l’histoire et la conclusion de Néa. La rancune a mis place à un jeu dangereux.  Un nouveau personnage arrive et elle rejoint M…(fille) sous certains aspects. Elle m’a fait rire pour son apprentissage de la langue. Par contre, je ne l’ai pas vu venir celle-là ! Mais pas du tout ! Total suprïse qui m’a fait poser beaucoup de questions. Pourquoi ce choix quand je découvre pour la première fois ce personnage ? Ha ha ! A vous de le découvrir ! Mes Dieux, je viens de spoiler sur le « elle ». :/  Mais pas sur le M ! Ha ha ! Toc !
Les protagonistes sont aussi des clichés, pas tous, mais ce qu’ils représentent oui. Leurs sentiments sont le mal incarné enfin, peut-être, ils se disputent, s’unissent, se déchirent pour créer un méli-mélo de péripéties qui vont nous donner de la joie, de la surprise, de la tristesse, des peurs, des affolements… Mon petit cœur a tambouriné beaucoup en imaginant les dégâts. J’en dis pas plus… :D
Alonzo met en avant des valeurs, des atouts, des principes et un sens de protection bien malgré lui. :P

Parlons de Néa, l’héroïne principale. Elle évolue tout au long de la saga et tout en gardant son caractère de cochon à la noix. Une touche de noix, peut être bien. :P Fin’ bref, elle m’a fait arracher les cheveux mais dans ce dernier volume, elle m’a séduite. L’humour décalé qu’elle dégage est aussi déjanté que sa propriétaire. Elle s’affirme en gardant sa belle répartie, légendaire hein ! Elle voit l’aspect sous un autre monde mais n’hésite pas à faire le nécessaire. Son entourage, même les ennemis, l’aide à apprendre et à évoluer mais aussi à continuer à se battre. Juliette a su lui apporter la touche d’innocente, de fragilité et de réalité. Grognon (rooooh je veux l’adopter !) est adorablement féroce et un ami indispensable pour Néa. N’empêche les pouvoirs de Néa sont classes même si elle est dingue. Oui, oui j’insiste sur la dinguerie ! Sa mentalité change, elle est passée de la gamine insouciante à une adulte responsable. Ma petite chérie a grandi ! Miracle !

Vous savez NéaChronical est une saga à lire, il faut s’accrocher au début si on est comme moi. Ce n’était pas simple, voire pas du tout avec le caractère d’ange de Néa. Je ne la supportais pas, mais vraiment pas, j’ai eu des crises sanguinaires et pourtant, pourtant j’ai continué et je ne suis vraiment pas déçue. Chaque tome est étonnant, fantastique et mystérieux. A part l’héroïne au début, j’ai bien aimé. Puis ADORE les deux derniers tomes. Les trois livres sont différents et cependant se suivent dans la trame de l’histoire. Un nouveau coup de cœur bizarroïde diabolique, il mérite ce bizarroïde car Néachronical l’incarne avec beauté car c’est le principe même de cette saga : éviter les étiquettes des genres pour créer une saga hors catégorie qui transporte le lecteur dans une histoire richement fabuleuse et voire féérique, qui sait ?

La couverture est MAGNIFIQUE ! Mina M a fait un travail remarquable qui retranscrit le roman à la perfection. Ce regard qui envoute, qui brille, déterminé, sous la fatalité du destin. Et l’épée, rejoint la combativité et le pouvoir.
Je referme ce troisième tome avec le sourire aux lèvres. Un long chemin depuis le tome 1 mais assurément bien. Une image que je trouve tellement belle que j’ai eu les larmes aux yeux. Jean Vigne, je te maudis ! Ouip’ ! *-*

Je me pose une question sur un personnage dont on a fait connaissance dans ce tome-ci, Néa va-t-elle le revoir ? *suspense* 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Palimpsestes, T1 - Impressionnisme de Emmanuelle Nuncq

Interview de Georgia Caldera

Effroyable porcelaine, de Vincent Tassy