Zombitions d'Aurélie Mendonça


Editions : Rebelle
Collection : Lune de Sang
Auteur : Aurélie Mendonça
Illustration : Alexandra V. Bach
Parution : 30 Décembre 2014

Résumé :

Depuis le début de l'humanité, la fine fleur des guerrières, les Nécrocides, contrecarrent les Maîtres Zombies dans leurs plans de domination du monde.
Jusqu'à la dernière génération, les lignées de tueuses s'en sortaient plutôt bien, et aucune Apocalypse ne fut à déplorer. Puis arrive Evangeline Rose. Née dans une famille où se sont brillamment illustrées toutes les précédentes tueuses, Evy peine à marcher dans leurs pas. Ne devant sa survie qu'à une chance insolente, c'est pourtant sur sa génération que va peser le plan final des Maîtres. Pour son plus grand malheur, elle devrait mettre de côté shopping et écriture de romans pour se consacrer à la mission qui fait d'elle une Nécrocide.
Mais allez sauver le monde avec un Microbe dans le tiroir.



Mon avis :
Des zombies ! Des zombiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiies !
J’ai rencontré l’auteur lors du salon du Vampire à Lyon. Elle a parlé de son livre de zombie, même si je ne suis pas très fan de ces bestioles tout dégueux, je me suis dit pourquoi pas ?

La couverture je la trouve très belle, sombre et tout zombiesque. Univers zombiesque. Elle est faite par Alexandra V.  Bach.
J’ai commencé ma lecture et c’est plein d’humour. L’héroïne m’a fait directement rigoler.  Puis après j’ai posé le livre, j’en ai lu un autre et là, BIM j’attrape mon casque que je mets sur ma tête et HOP prête pour les zombies.
J’ai reposé mon livre, attendu quelques temps. Je ne sais pas ce qui s’est passé, j’adorais ce que je lisais même avec cette héroïne azimutée comme je les aime. Puis, quand je l’ai repris je l’ai fini d’une traite.

Evangeline Rose est une Nécrocide. C’est-à-dire une tueuse de zombies. C’est juste les femmes qui peuvent être Nécrocide. On fait sa connaissance en plein magasin de vêtements mais malheureusement une infection de Zombie est arrivée en plein milieu de son shopping. BOOM ! Hop, on apprend que ce sont des Maitres Zombies qui l’ont créée. Evy s’aperçoit qu’elle va devoir consacrer plus à son travail familial ou plus précisément devoir familial. Et à nous l’histoire apocalyptique commence ! Tac !

L’histoire est assez originale en passant par l’origine des zombies et d’une légende Maya.
Plus on avance et on voit la gravité de l’histoire. Nous sommes en 2012 et j’ai capté un peu trop tard (pour une fois) la légende de cette fameuse année. Comme on est en 2015, pouf sorti de la tête. :P
Les révélations du mystère de ce monde sont précises et originalement classiques. On en sait au début puis après c’est bataille de zombies, zombies et zombies et là, on fait face à la touche magique. Oui, oui il y a de la magie dans ce livre. Je ne révèlerai pas plus sur cet univers.

L’humour de l’héroïne et ses péripéties ou sa pipelette attitude, mettent un souffle dans le récit. Une légèreté qui est quand même beaucoup plus présente jusqu’à un certain point. Puis petit à petit, on laisse place à l’horreur de la situation, des conséquences, du futur. Même les moments d’humour le sont moins à ce stade. On a un petit sourire au coin.
Malgré que ça parle souvent de shopping, habits et le roman de l’héroïne ; des petites choses sont présentes pour nous rester éveillées à l’image sombre du roman.
J’avais une boule au ventre quand je commençais à arriver vers la fin. Ce n’est vraiment pas mon genre de livre de d’habitude et j’ai eu les larmes aux yeux. Oui, j’ai pleuré !

Les personnages sont sacrément énigmatiques euh sauf l’héroïne, Evy. Il y a une alternance entre son journal de Nécrocide et une narration à la troisième personne où on suit aussi Evy. Cet aspect de construction du roman, m’a plu. Elle n’est pas très courante et laisse des coupures dans des événements. Ce qui fait que c’est ni trop long et ni trop court en présentation des choses. Dans son journal on a ses pensées (haha ! Vous l’avez pas vu venir, hein ?!) de barje attitude. J’aime ça ! Elle m’a rappelé un peu ma personnalité sur ce coup. Puis, quand c’est  au tour du non journal, ses pensées sont présentes mais c’est différent. (:
Pour revenir aux protagonistes, ils font partis intégrantes de l’histoire et de l’univers.  Jusqu’au bout ils vont nous faire tourner les méninges. Les indices sont présents, par contre ce n’est pas assez. Je me suis dit, mais où elle va nous mener l’auteur ?
Sa rencontre avec Liam, m’a fait rire. Son frère, Marcus et même la boule de poil, Ulysse ont quelque chose.
Il y a aussi Microbe, le bébé dans le ventre d’Evy. J’ai capté un peu tard qu’elle était enceinte. Quand je l’ai su : « Haaaaaaaaaaaan, je comprends mieux des choses. » Deux de tensions ! :P

Il y a quand même certains points que j’ai trouvé trop vite, c’est plus vers la fin. Je pense que c’est trop rapide et on la sent venir.

Je ne suis pas zombies et j’ai apprécié ce livre même vers la fin je me pose encore des questions. C’est sur Evangeline, après pour l’histoire, pas tellement. Ce n’est pas très clair dans ma petite tête. J’aurai aimé qu’il y ait une suite ! Je n’aime pas quand ce n’est pas fini, fini. :P 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Palimpsestes, T1 - Impressionnisme de Emmanuelle Nuncq

Interview de Georgia Caldera

Effroyable porcelaine, de Vincent Tassy