Le Secret de l'Inventeur T1 - Rébellion d'Andrea Cremer


Editions : Lumen 
Auteur : Andrea Cremer 
Couverture : Benjamin Carré
Parution : 12 Février 2015

Coup de  !

Résumé :
Imaginez un monde où l'Empire britannique aurait écrasé la rébellion qui a donné naissance aux États-Unis d'Amérique... 
Dans ce XIXe siècle alternatif, Charlotte, 16 ans, vit loin de ses parents, descendants des révolutionnaires américains, qui continuent la luttent contre les sous-marins et les machines volantes de Britannia. Entourée d'autres fils et filles de la rébellion, elle habite dans un réseau de grottes souterraines non loin de la ville flottante de New York, où les artisans de la Ruche et les ouvriers de la Grande Fonderie côtoient l'aristocratie des vainqueurs. Un matin, elle croise dans la forêt un garçon amnésique, poursuivi par les machines de l'Empire, et lui sauve la vie. 
Mais quand elle le ramène dans les Catacombes, où elle attend comme tout le petit groupe d'amis qui l'entoure de rejoindre la lutte quand elle atteindra sa majorité, l'équilibre de son existence est bouleversé : parmi ses compagnons, tous ne sont pas ce qu'ils prétendent être, et l'existence de ce mystérieux garçon fait peser sur la rébellion une terrible menace... Des décharges de métal de l'Empire, infestées de rats d'acier, aux salons opulents de la noblesse, en passant par les méandres labyrinthiques de la Guilde des inventeurs, Charlotte est contrainte de quitter son refuge pour partir explorer le vaste monde !

Mon avis :
Pas de doute, ce premier tome commence fort. On est directement dans l’action et une mini peur au ventre pour notre héroïne, Charlotte. Elle court pour se réfugier avec un jeune garçon. Lui, était complètement perdu et un monstre mécanique le pourchassait. Son refuge est un endroit où juste des enfants/ados entre 4/5 ans et 18 ans vivent.
Beh dit donc  l’action, on n’arrête pas. On découvre au fur et à mesure ce monde, la technologie Steampunk puis les événements s’enchaîent et les rebondissements également.

Concernant l’histoire et ses intrigues, j’ai beaucoup aimé. L’Empire britannique a gagné la guerre de l’indépendance au nouveau monde. Les Etats-Unis tels qu’on les connait aujourd’hui, n’existent pas. La carte à l’intérieur et les descriptions/explications nous aide bien à visualiser et à retenir l’univers du livre.
Il y a pas mal de choses sans réponse. La vie est une horreur si on n’est pas très bien né, je dirais. Elle est dure et la Résistance (ceux qui sont contre l’Empire) essaye tant bien que de mal à vaincre l’Empire. C’est les grandes lignes mais ce tome 1 est centré sur un groupe d’adolescents dont Charlotte (c’est son point de vue) fait partie et comment ils vont faire pour vaincre Britannia.
Andrea Cremer a créé un monde assez original surtout dans les croyances. Elle a mêlé steampunk, magie mais aussi catholicisme et Athéna et Héphaïstos. Deux dieux de l’Olympe ! Au départ, je me posais des questions mais je me demande où va mener ce mélange. C’est clair au bout d’un moment mais j’ai hâte d’avoir la suite pour avoir plus de profondeur dans les croyances et sa magie.

Charlotte est une jeune fille intelligente et combative. Mais quand il s’agit de relation amoureuse, elle m’a bien fait rire la petite. Son cerveau est un peu long à la détente pour le coup.
Sa relation avec Jack m’a plu, cette petite romance qui a ses problèmes, qui ne peut pas avancer tant que  le passé n’est pas accepté et que la vérité n’est pas établie.  Jack reste mystérieux. Ce jeu du chat et la souris fait sourire surtout avec le tempérament de notre petite héroïne. Taquin puis distant et après énigmatique, Jack a peur et il doit mettre certains points sur les i avant d’avancer.
J’espère qu’il n’y aura pas de triangle amoureux, c’est peut être bien parti pour même mais je me demande comment l’auteur va tourner tout ça. J’espère que ça ne va pas être trop pesant mais connaissant l’héroïne et sa lenteur au cerveau, on va se régaler. Mes neurones vont péter un câble mais je sens que je vais sourire ! :D

Les descriptions sont bien décrites même si, j’avais du mal à imaginer certaines choses. C’est très mécanique, très Steampunk comme j’aime et bien entendu, on découvre nos bestioles mi mécaniques, mi organiques. Des machines seulement mécaniques sont également présentes. C’est précis, c’est monstrueux. C’est aussi imaginatif, car il y a d’autres engins bizarres mais aussi du basique, j’en ai déjà lu dans des livres steampunks.
Avec ce tome 1, on commence tout doucement avec l’histoire. C’est l’aube d’une guerre et, j’apprécie cette image, le déplacement des pions sur un échiquier ! Le titre du livre, Le Secret de l’Inventeur prend sens et hou là là, le terrain où l’auteur nous amène, est basique mais avec une touche d’originalité.

Les personnages sont mystérieux. Ils cachent tous quelques choses. D’autres sont, je dirais, naturels.  Certains auront des rôles importants et surtout, j’aurai voulu savoir ce qu’il y a dans l’ombre des protagonistes. Une petite lumière est sur eux mais, voilà, il faut lire la suite et je ne sais pas si je vais arriver à patienter !
Pour certains camarades d’enfance, ceux du refuge, on ne sait pas grand-chose sur eux. On nous les montre moins mystérieux, plus joviaux, plus spontanés.

Ce premier tome est une introduction de l’histoire crée par Andrea Cremer. Les bases sont posées, les semi-intrigues et les mystères demeurent toujours jusqu’à la fin. Et cette fin, j’en redemandais encore, j’avais les larmes aux yeux ! Vivement la suite !! *.*

La couverture dit pas mal de chose. Une fois qu’on a lu le livre, on trouve les liens avec ce cœur mécanique ! ;) Très révélatrice et en rapport avec l’histoire, c’est magiquement mécanique et génial !


Ps : Sur la quatrième couverture, il y a marqué Magie Vaudou. Euuuuh je n’arrive pas à la voir. Mais vraiment pas. Si une âme charitable peut m’expliquer, je suis preneuse !

Commentaires

  1. Bonjour, bonsoir (selon) ! Une premier tome fabuleux, je suis tout à fait d'accord avec toi ! Pour le côté vaudou, peut-être cela fait-il référence à la connexion aux esprits de la mère de Meg. J'ai beaucoup pensé à Fullmetal alchemist en lisant ce roman (à cause de la nature même de Grave) et aussi à La Passe-Miroir (pour tout ce qui est décor présenté).
    A bientôt !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir,
      Peut être oui, mais je ne vois pas pourquoi car dans pas mal de religions/mythologies il y a les esprits. (: A voir, en tout cas c'est une piste. :D Fullmetal alchemist, je connais de nom mais La Passe-Miroir, pas du tout. Je note ! Merci !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Palimpsestes, T1 - Impressionnisme de Emmanuelle Nuncq

Interview de Georgia Caldera

Effroyable porcelaine, de Vincent Tassy