Le Sang des Chimères T1 : Mutante de Sophie Dabat

Editions du Riez
Collection : Brume Étranges
Auteur : Sophie Dabat
Illustration de Alexandra V.Bach
Parution : Mai 2013

Résumé :
Syrine, seize ans, a tout ce dont elle pourrait rêver : une famille unie, des super copines, une ville qu'elle adore. Mais tout bascule du jour au lendemain lorsque des excroissances douloureuses émergent dans son dos. Brusquement persuadée qu'elle sombre dans la folie, la jeune fille n'ose parler de ses problèmes et affronte souffrance et incertitude, subit l'incompréhension de ses parents et le rejet de ses amies. De fantasmes sanglants en pulsions violentes, de fugues en hallucinations, Syrine craint pour sa vie, pour celle de ses proches. Lorsque son père est muté à Rennes, elle espère que quitter Marseille lui permettra laisser ses doutes et terreurs derrière elle. Mais quand elle réalise que les étranges « Men in Black » qui ont offert ce nouveau départ à sa famille pourraient bien l'espionner ou vouloir faire d'elle un cobaye, le cauchemar devient intenable.
Syrine cherche de l'aide, mais ce n'est pas dans son lycée qu'elle va le trouver. Gauthier, peut-être, ce garçon qui semble être le seul à s'inquiéter pour elle ? Ou Agnès, la jeune fille handicapée qui a l'air de lire dans ses pensées...
Qui pourrait répondre à ses questions ? la djenneya, l'être qui hante son esprit, certainement. À moins que cette créature qui lui souffle ses fantasmes de sang et de sable ne soit autre que l'incarnation de sa propre folie.



Avis :
Ce premier tome est une mise en place de l’histoire. Nous rentrons directement dedans. Syrine, notre héroïne, souffre depuis que des excroissances sont apparues. Sa famille et elle sont installées en Bretagne. Un flash back nous permet de comprendre comment elle est arrivée à Rennes avec sa famille.

Syrine se referme sur elle-même petit à petit à cause de ses problèmes. Elle change d’humeur. Il y a une évolution de ses problèmes, un avant, un pendant et un après. 
Avec ses origines musulmanes, rêver de viandes saignantes n’est pas facile. Concernant sa famille, j’avais de méchantes envies envers eux sauf sa grand-mère.  Le comportement du père ou des frères m’a vraiment pas plus. Je n’aime pas du tout la violence gratuite.
Certains passages sont écrit en sms quand Syrine écrit sur son blog. J’ai failli craquer pour décoder tout ça.

Concernant son lycée,  je dirais que c’est un lycée comme on voit dans les séries et les films américains. Tout le monde est à la botte de la fille populaire et le garçon populaire, lui, n’a rien dans le crâne. C'est cliché et bizarre à la fois quand on ne connait pas de lycée dans ce genre là.

Gauthier est un ami de Syrine. C’est un personnage très important qui fera avancer notre héroïne. Agnès est énigmatique et j'ai apprécié ce personnage.

On parle beaucoup de ses douleurs et pendant un bon moment. Ça a commencé à être un peu long. Entre temps on découvre le fond de l'histoire, on se pose des questions. Des indices qui nous tient pour qu'on continue à lire. J'avais envie de secouer l'héroïne pour qu'elle bouge un peu, qu'elle ouvre les yeux autour d'elle. J’aurai juste aimé plus tôt qu’on arrive dans le vif du sujet et non vers le milieu-fin du livre.

Je ne connais pas les djenneya ou que de noms, des créatures appartenant aux légendes marocaines. J’aimerai en apprendre d’avantage sur elles.
En tout cas, je lirai la suite car la fin du roman a éveillé ma curiosité. C’est un livre qui peut faire beaucoup réfléchir sur les liens de la famille, l’amitié, l’amour, le rejet de soi ou d’être différent. C’est le comportement des adolescents avec le plus de l’auteur qui rajoute une histoire derrière. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Palimpsestes, T1 - Impressionnisme de Emmanuelle Nuncq

Interview de Georgia Caldera

Effroyable porcelaine, de Vincent Tassy