dimanche 20 novembre 2016

Piégés, de Christy Saubesty

Editions : Pygmalion
Auteur : Christy Saubesty 
Parution : 16 Novembre 2016

Résumé :

Londres, 1853. Aaron Wendell, riche héritier et libertin à la réputation sulfureuse, n'imaginait pas que sa vie serait irrémédiablement bouleversée en se rendant à une banale partie de campagne. Abigail Fischer est très différente des femmes qu'il glisse habituellement dans son lit. Elle n'a rien d'une courtisane, n'est pas issue de la noblesse et n'a reçu qu'une modeste éducation. Abigail Fischer est aveugle. Lorsqu'il se porte au secours de la jeune femme tombée dans un lac, Aaron se retrouve piégé par les apparences et contraint d'épouser Mlle Fisher afin d'éviter le scandale. Pourtant, l'attirance qu'éprouve Aaron pour Abigail le pousse bientôt à la protéger de lui-même.


Mon avis :
Merci à Pygmalion de m’avoir permis de donner mon avis ! =D

Ca faisait un moment que je n’avais pas lu de Christy Saubesty.  J’adoore sa série « Kolderick » (ze veux la suite *yeux de chat potté) !
Et voici « Piégés » une romance historique, se passant à l’époque victorienne, légère qui nous fait passer un bon moment.  Aaron va devoir épouser Abigail, une jeune femme aveugle, après un incident. Sauf que des petits obstacles vont leur faire face. Ca va venir d’eux ou  d’autres personnes ? TAN TAN TAAAAAAN 


Piégés est tranquille et doux. Il n’est pas transcendant mais néanmoins prenant et surtout y a deux têtes à claques. On comprend parfaitement les peurs de nos deux héros, mais j’avais envie de les scotcher tous les deux un moment donné, ils sont insupportables… Les couillons. =D *-*

Abigail, donc une jeune femme aveugle, va se retrouver mariée. Elle a son train, train de vie, ses habitudes puis un jour, tout ça, va être chamboulé ainsi que ses émotions et ses sentiments. Elle va apprendre, elle va douter et surtout elle doit voir au-delà de son handicap. Elle m’a gonflée avec ça d’ailleurs. Abigail se trouve, enfin essaie. Un peu bête parfois. Elle est casse bonbon particulièrement sur un point. Je ne dis rien sinon je spoile. Hé hé ! Elle aussi est adorable.
Aaron est un coureur et Abigail va être sur son chemin. Il a peur aussi et il est bête. Il va devoir trouver un équilibre avec ses sentiments et ce qu’il veut. Ce n’est pas difficile pourtant. =P Le handicap d’Abigail va le freiner et il va devoir composer. Il tient à elle.

L’histoire est toute simple. On est de suite happés dedans. Je me demandais ce qu’il se passe et c’est très simple, une fois une information donnée de trouver la suite. Ça se laisse lire facilement et simplement. L’écriture de l’autrice est fluide et entraînante. Ça change de ses autres romans, l’écriture a évolué et est quelque peu différente aussi. Il y a un petit quelque chose que je n’arrive pas à identifier.
Le roman commence avec une grosse interrogation et va prendre un rythme néanmoins ce dernier se casse quand les deux zigotos vont s’interroger (Abigail va faire un remake « ô rage ô désespoir », Aaron c’est « oh non il ne faut pas, je vais lui faire du mal » (ne me jetez pas la pierre, c’est comme ça que je les vois)). Moi en mode HAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA VOUS AVEZ FINI OUI !! Ce passage était très long et plat, les deux m’ont tuée. Leurs pensées étaient ennuyeuses mais pas leur psychologie. Une envie irrésistible de les secouer et de les cogner l'un contre l'autre. Si je fais exception de tout ça, le début est assez prenant, y a le passage ennuyeux puis j’avais peur vers la fin. Peur de quoi ? HA HA ! Tout s’accélère à la fin !
Les descriptions nous font bien imaginer et on nous imagine sur les lieux. Une particularité du côté Abigail. Vous verrez, ça rend le récit plus vivant si je peux me permettre.

Il y a des personnages secondaires et certains je les adooore ! Est-ce qu’il va avoir des suites avec eux ? Christy Saubesty, je veux les suiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiites ! *-* Selina… *sifflote*
Ils donnent plus de peps à l’histoire et aident énormément nos héros. La famille est importante dans le récit ainsi que l’amitié et évidemment l’amoûûûûûr. Oui j’écris autrement. =P
Il me manque des nouvelles d’un personnage particulier. Je suis inquiète pour elle. Oui, c’est une femme. Hé hé ! 
La narration est à la troisième personne puisque nous avons plusieurs points de vue. J’aime beaucoup ce procédé, ça nous permet de voir ailleurs. Ça enrichit le texte. C’est ponctué d’humour et de gros sourires aux lèvres.


C’est un roman qui nous fait passer un bon moment. Les protagonistes sont attachants même si on a envie de les frapper l’un contre l’autre. Les personnages secondaires sont géniaux et donne un plus au récit. Un début qui commence fort, entraînant et prenant. Même si il y a un passage à « vide », qui m’a énervée, on se laisse emporter par l’histoire et surtout il y a un gros point où on veut connaitre la fin.

Hors de Contrôle, de Georgia Caldera

Editions : Pygmalion
Auteur : Georgia Caldera
Parution : 12 Octobre 2016

Coup de cœur ♥ !

Résumé :

Une attitude un brin brutale, un caractère des plus ombrageux, une façon de parler bien à lui, mais incroyablement fascinant… Malgré le fiasco de la soirée de gala, Axel est tout cela, et bien plus encore.
Une seule chose est certaine pour Sonia : elle doit le retrouver. Dans quel but ? Ont-ils toujours un avenir ensemble ? Rien n’est moins sûr…
Et pourtant, c’est ainsi, les papillons refusent de mourir. 


Mon avis :
Merci aux éditions Pygmalion de m’avoir permis de donner mon avis ! =D

Après des mois d’attente j’avais enfin la suite de « Hors de Question » où la fin était horrible pour mon petit cœur !
Qu’est-ce que Axel va faire ? Comment Sonia va-t-elle réagir ? QU’EST-CE QU’IL VA SE PASSER ?!

J’ai trouvé ce roman doux pour les événements mais intense par les sentiments entre nos deux personnages. « Hors de Question » avait déjà bien mis les bases, une bonne touche, toute la crème sur une tartine pour qu’on aille vers le final. Il manquait plus qu’on mange la tartine pour qu’on sache enfin le passé d’Axel et surtout l’évolution de Sonia. 

Il y a toujours cette atmosphère de cocon ainsi un tout nouveau, la rage des sentiments. Le contrôle, ce rattachement au fourvoiement s’envole en éclat et le titre rentre bien dans l’histoire, Hors de contrôle. La tonalité du roman est enfin présente. Chacun des personnages vont se chercher, se trouver, s’excuser, se blesser pour mieux repartir. J’adore ce couple hors du commun, différent des autres héros dans le même genre. Ils sont ensemble dans leur cocon, s’appréhendent et se découvrent plus. 

C’est sûr que je me m’attendais à plus de boom mais l’autrice Georgia Caldera se concentre surtout sur leur relation. Sonia m’a quelques peu surprises au départ et de temps en temps. J’attendais un peu autre chose à ce début de second tome. Sonia a changé et en mieux. Elle montre encore plus de courage et affronte ses problèmes. Pour Axel, c’est un chouille plus compliqué.
Axel, on voit plus à travers sa coquille. J’ai adoré mieux découvrir son passé. Je voulais tuer un personnage particulier. On le comprend mieux surtout quand on a vu ce fameux personnage particulier. =P Il est toujours celui qu’on a connu tout en s’ouvrant et en s’acceptant.
Les personnages évoluent, se complètent, s’acceptent même avec leurs cicatrices qui peuvent se pointer à n’importe quel moment et surtout se pardonnent. Il y aura toujours des difficultés mais c’est un couple assortis et hors des sentiers battus (principalement dans les romans, dans la vie j’en connais pas des comme ça sooo….). =P 

L’histoire est calme avec quelques pics. J’aurais voulu lire du sang mais ma pensée n’a pas été entendue. =P Ha ha ! Comme je le disais, il y a toujours un cocon mais également des interactions avec d’autres personnages. Des révélations vont être faites particulièrement sur Morgane, la sœur d’Axel. J’aime beaucoup ses sœurs. Il va avoir beaucoup d’obstacles, des nouveaux qui vont venir et Axel va devoir faire face à une acceptation de soi. L’histoire se remet en place petit à petit et continue sa course. 
Je suis déçue qu’il n’y ait pas eu quelque chose, voire un meurtre sur un personnage. =D Je cherchais la baston quoi… Tssssssssssss. =P


Cette suite de notre couple favori est dans la lignée de la découverte du premier tome. Une histoire plein de sentiments, d’émotions mais surtout d’une acceptation de soi et d’aller de l’avant. Des personnages attachants, adorables et qui sortent des codes actuels du genre. Georgia Caldera a écrit une histoire magnifique. Un second tome plus doux et fait d’aventures émotionnelles.

lundi 7 novembre 2016

{Suivi} Challenge Jeunesse & Young Adult #6


Challenge Jeunesse & Young Adult #6


Catégorie 3 : À pieds joints dans la marelle => Au moins 35 ouvrages 

Livres lus : 

1 - DanMachi, la légende des Familias, tome 2 de Fujino Omori

http://de-fil-en-histoire.blogspot.fr/2016/11/danmachi-la-legende-des-familias-tome-2.html


2 - L'Eveil, stade 1 de Jean-Baptiste de Panafieu
http://de-fil-en-histoire.blogspot.fr/2016/11/leveil-stade-1-de-jean-baptiste-de.html

3 - The Graces, tome 1 de Laure Eve
http://de-fil-en-histoire.blogspot.fr/2016/11/the-graces-tome-1-de-laure-eve.html

4 - 

5 - 

6 - 

7 - 

Entre les mondes, tome 1 - Le Passage de Maëlle Andals

Editions : DreamCatcher
Collection : Plume Bleue
Auteur : Maëlle Andals
Couverture : Feather Wenlock
Parution : 10 Octobre 2016


Résumé :

Embarquée dans une chasse au traître inédite pour aider la communauté des vampires, Néva va rencontrer par accident Adrian. Il est chevalier dans un royaume en guerre dans un monde où la magie est partout. Des mondes différents… Mais le sont-ils vraiment ? Malgré ce qui les séparent, ils vont découvrir un lien inexplicable, qui les aidera pour mener à bout leurs missions respectives. Une plongée dans deux vies éloignées l’une de l’autre. Pourquoi se rencontrent-ils ? Quel est le lien entre eux ? Que seront-ils prêts à sacrifier pour atteindre leurs objectifs ?


Mon avis :
Merci DreamCatcher de m’avoir permis de donner mon avis. =D

J’avais hâte de le découvrir tant  la couverture et le résumé me plaisaient ainsi un nouveau fantasy chez DreamCatcher.
Néva est une jeune femme qui veut être libre mais ne l’est pas du tout. Un jour, après quelques jours mouvementés, elle voit une forme de boule en argent et une main. C’est le passage pour un autre monde, celui d’Adrian.

Le speech est bien et je ne savais pas trop à quoi m’attendre. Dès le départ on se questionne sur l’univers. D’un côté avec Néva, c’est chez nous avec des créatures surnaturelles. De l’autre, avec Adrian, une guerre et l’avenir des pays. 
J’ai  bien aimé l’histoire mais l’héroïne, Néva, je ne sais pas du tout quoi en penser. Vous allez me dire, « Laura n’aime pas encore une héroïne »… c’est fort probable mais surtout c’est qu’à  la fin de ma lecture, Néva m’a laissé indifférente. 

Concernant Néva, l’héroïne…
Il y a une espèce de triangle voir carré autour de Néva car elle n’a pas les dents pour prendre les décisions elle-même. Elle a un problème qu’on comprend tout à fait car ce n’est pas évident d’accepter son passé. En plus, elle se dit tellement « qu’elle se sent libre et qu’elle choisit ce qu’elle veut », qu’elle m’a gonflée dans toute sa splendeur. Son tempérament se perd et personne ne l’aide. Le pire c’est que ses amis ne l’aident absolument pas et l’enfoncent dans un sens. C’est trop plat de ce côté-là. C’est mon ressenti. J’avais envie de l’enlever de l’histoire pour que ça aille mieux. Elle est très bien assortie à Adrian, je « dis un truc mais, je fais tout le contraire ». 
Et elle n’évolue pas dans le roman. Pour moi, c’est horrible. Il n’y a aucun changement pour Néva. Peut-être à la fin mais c’est limite trop tard, ou, ça ne le fait pas, ou, elle ne réfléchit pas. 
J’étais en train de râler, évidemment au début, et je l’ai traité de tous les noms car elle ne veut pas reconnaître qu’elle ne maîtrise pas. Ah pardon, si deux secondes mais ça va de mal en pis. Si j’aurais pu rentrer dans le roman, elle n’aurait plus d’oreilles ou je l’aurais tué déjà. Éjectée ! PLOUF ! 
Puis, à force de lire, elle me laissait de plus en plus indifférente, tellement que je ne voulais plus la voir dans l’histoire même si elle a un rôle clé. Genre… il faut lire ! MOUHAHAHAHA 
C’était le calme plat dans ma tête. Je n’ai pas compris le schéma de l’autrice. Du coup, je lirai la suite pour connaitre évidemment l’évolution de l’histoire et évidemment Joshua.  Ouais, un gars. Qui c’est lui ? Hé hé hé ! 
En gros, je me suis dit : « Génial une héroïne comme je les aime » puis c’est parti en live. Je ne vous dis pas ce qu’il s’est passé dans ma tête. Au mois, c’était calme. Je ne voulais pas balancer le livre ni le faire brûler. Tain’ y a des progrès. 

Adrian, j’aimais bien le lire. Il se comportait comme un idiot parfois, quand je vous dis qu’ils sont assortis avec Néva ce n’est pas pour rien. Il a aussi ses problèmes et se questionne mais reste un idiot. Par contre, il le remarque c’est tout à son benef’, et il a un honneur. Je ne l’ai pas encore trop cerné. Il se cherche beaucoup également. Vous allez comprendre quand vous allez rencontrer sa famille. 

Mmmh mmmmh Joshua (oui je reviens à lui !) est un personnage fort et dont on n’a pas les pensées. C’est vraiment embêtant car j’aurais aimé savoir ce qu’il pense vraiment et si c’est autre chose avec l’héroïne. Il est très mystérieux et on veut savoir pourquoi il s’intéresse à Néva.
Il y a d’autres personnages qui aident ou non. =D

Ce premier tome est une introduction à l’univers de l’autrice, Maëlle Andals. Il y a deux mondes, en tout cas pour le moment. Celui de Néva très ressemblant au notre et où c’est un peu cliché. Ça se met en place, il y a des mystères et les rebondissements à la fin. On les voit arriver sans les voir. C’est classique, simple mais entraînant. Nous n’avons pas encore découvert les gros sujets, c’est juste des miettes qui sont par-ci par-là. On est frustrés. On n’a rien. Juste des morceaux qui demandent à être exploités. On se questionne beaucoup aussi sur ce monde – ces mondes. 
J’ai juste buggé sur le mot « médium » qui a des visions. Je reste sceptique. Chacun à sa propre définition et j’étais perdue. xD 
Néva dirige une équipe, car, j’ai oublié de le dire (tête en l’air =P), elle « traque » les créatures surnaturelles qui montrent un peu trop leur tête au commun des mortels. Sur ce côté-là, elle sait choisir mais le reste... NO COMMENT ! Bref, l’équipe a une grande confiance en elle-même mais je me demande s’ils n’ont pas un peu trop confiance en eux.  Les personnages sont diversifiés (il y a le manque d’approfondissement, en même temps on les découvre, et autre chose non identifiée) mais sont-ils à la hauteur de ce qui les attend ? C’est horrible un moment donné. Je restais dubitative parce que je me demandais où allons-nous. Dans quel sens ? Pourquoi ? Sadique l’autrice. Oui, oui ! 
Je pense m’arrêtais là pour de ce côté car c’est Néva qui va tout prendre dans son matricule. =D Elle est illogique.  Gloups... Je ne peux même pas m’arrêter. =P

Puis, il y a l’univers d’Adrian. Les deux côtés sont entraînants, toutefois le côté fantasy m’a le plus séduite. Une différente société, de pensée. J’adoooore la fantasy en même temps. =P C’est le total inconnu de ce roman. On découvre ce monde où la magie existe avec des vampires. On est séduit de suite par cet univers. Il se développe et on le connait davantage. Je ne peux pas trop dire. Adrian a un problème de famille. Quelles conséquences ça va avoir ?  Pourtant des thèmes classiques, courants sont là et renforcent ce côté-là. Il faut se laisser tenter par des guerriers, des méchants et des pensées. ;)

Le roman est bien dosé.  Une histoire vampirique avec de la magie qui n’a pas fini de se dévoiler. Les vampires m’ont surprise et j’adore comment l’autrice les met en valeur. Ce n’est pas courant dans un tout et je me suis régalée avec les vampires ! L’écriture est fluide et on se laisse facilement prendre dans le roman. Il y a quelques longueurs pour moi. C’est tout « doux ». On apprend au fur et à mesure. Puis l’histoire se développe sans pour autant rien révéler sur le but. La fin est un peu horrible ! Pourquoi nous laisser comme ça ? Tssss. J’ai hâte de savoir les décisions et les conséquences. TAN TAN TAAAAAAAAAN ! =D *sourire diabolique* 

Qui sont les méchants ? Qui sont les gentils ? Quel lien Adrian et Néva ont-ils vraiment ? Ces deux mondes sont-ils liés ?


Ce premier tome met les bases de l’histoire. Nous faisons connaissances des personnages qu’on apprécie à moitié ou non. Ça peut être simple, classique néanmoins c’est entraînant.  Même si il y a des longueurs, l’écriture de Maëlle Andals est tellement fluide qu’on se laisser aller dans le roman. 

The Graces, tome 1 de Laure Eve

Editions : Hachette
Collection : Black Moon 
Auteur : Laure Eve
Couverture : Spencer Charles 
Parution : 14 Septembre 2016

Résumé :

Comme tout le monde, River Page est fascinée par les Grace, frère et sœurs. Comme tout le monde, elle est persuadée qu’ils ont la magie dans le sang. Et, comme tout le monde, elle brûle d’envie de devenir leur amie.

Elle se rapproche de Summer, la benjamine, et tombe sous le charme du ravissant Fenrin, l’aîné. Mais, au grand désespoir de River, la magie ne résout pas tout les problèmes…



Mon avis :
« The Graces », un livre vraiment bizarre et l’autrice a réussi son coup. Enfin au départ. =P  Après c’est beaucoup plus intéressant, intriguant et prenant. JE VEUX LA SUITE !

J’ai eu vraiment du mal à rentrer dans l’histoire au début de la lecture. L’héroïne, dite « River », nous donne ses envies, ses pensées et surtout son mental assez bizarroïde. Elle « vient » d’arriver en ville et nous fait nous intéresser aux Graces. Cette famille assez populaire où plein de rumeurs les concernent notamment ils sont sorciers. OH MY GOD !

Giphy
Magi or not magi ? TAN TAN TAAAAAAAN

Un début difficile car il n’y a pas d’action et de magie. Enfin pas vraiment. C’est dur à démarrer. Un début intéressant car il nous pousse à continuer. River met ses états d’âmes, assez étrange et contradictoire. Néanmoins, je commençais à la cerner. Pourquoi est-elle intéressée par les Graces ? HEIIIN POURQUOIIII ?!! 
Qu’est-ce qu’elle cache ? mmmmh mmmmh

Une aura mystérieuse sur tout le roman. On apprend à connaitre River et les Graces ainsi que l’entourage de tous, comme la façon des comportements des personnes alentour. 
Des petits rebondissements nous mettent l’eau à la bouche. Vraie magie ou non ? 
Tout ce petit monde et les événements nous mènent droit au final. C’est intense à la fin.
J’avais une envie irrésistible de tuer les Graces un moment donné. J’ai eu très peur, j’ai levé des yeux au ciel pour des personnages et n’empêche y a une scène que je n’ai pas comprise. =P Hé hé 
Néanmoins, c’est surtout  un questionnement sur l’identité et les cachotteries. Faire face ou faire l’autruche ? J’ai beaucoup aimé la fin même si je m’interroge sur les personnalités et la suite. J’espère que l’autrice va tourner son roman du côté obscure pour des fragments de l’histoire. 
Les Graces se protègent entre eux. De quoi sont-ils capables de faire ? Est-ce qu’ils ont une personnalité propre à chacun ? Est-ce qu’ils vont voler de leurs propres ailes chacun ? Les questions sont tout le temps dans le roman. =P

L’héroïne, dite « la nouvelle » ou « River » (faut ne pas oublier), est assez spéciale. Elle vient d’une autre ville. Elle a déménagé pour je ne sais quelle raison et pourquoi elle est obsédée par les Graces ?  C’est LA question du départ. C’est River qui est spéciale, pas la question. =P
Y a quelque chose dès le début qui me dit qu’elle n’est pas nette. Elle veut être différente et pourtant elle veut les Graces. Mmmh on a de quoi s’interroger. POURQUOI ?!
J’ai déjà dit qu’elle était bizarre ? Pas parce qu’elle se questionne sur la magie mais parce que c’est ELLE. En plus, l’écriture n’aide pas du tout. 
Elle se questionne, s’interroge, se remet en cause et suit le mouvement. Elle est BIZARRE, point barre. =P Elle se cherche, essaye de se trouver, elle est convaincue d’un point mais elle n’est pas vraiment sûre. Elle veut prouver quelque chose mais quoi ? Est-ce qu’elle va mieux se révéler ? Elle veut se prouver qu’elle sait déjà ?  Elle veut avoir une confirmation ?
Elle est complètement contradictoire. Pourtant, avec les épreuves devant elle, les relations qu’elle entretient avec les Graces, et ses questionnements, elle va se trouver et grandir. Je pense qu’elle a toujours un grain mais, ça bouge pour le meilleur et pour le pire.
River est spéciale. Elle cache quelque chose, elle a peur, elle est effrayée, comédienne et se perd. Pourtant, dans les derniers instants (du roman hein, en gros vers la fin), y a un petit truc qui m’a donné le sourire. Va-t-on vers une évolution du personnage ? Telle est la question ! TAN TAN TAAAN ! =D 
Je vous dis pas ma tête comment elle était après avoir réfléchi sur River. Cette dernière est perspicace sans l’être et se jette des fleurs tout en se détruisant. Enfin ELLE EST BIZARRE. RAAAAAAAAAAAAAAAH !
En tout cas, elle ne me laisse pas indifférente. =P Quand je vous dis que ça a cogité. Hi hi *rire de hyène*
Giphy

Dans la famille Grace, je demande la folle dingue : Thalia, au départ je l’aimais bien puis ouh la la plus du tout.  Summer se construit et est partagé. Fenrin est lui-même, un brin couillon parfois. Avec une famille pareille aussi… Hé hé hé !
Une famille soudée mais aussi fondée sur les apparences. Quoique… Parfois… A la fin du roman, je ne sais toujours pas quoi penser. Ils ont des gros problèmes notamment sur un petit détail de l’histoire. GROS DETAIL. Hé hé !
Ils me dérangent un peu mais sont tellement intéressants, attachants, chiants ! 

Je voulais comprendre, les personnages, l’histoire, TOUT. Une fois ma difficulté du début enlevée, j’ai enchaîné les pages sans pouvoir m’arrêter. Je n’ai pas vu les pages défilaient. J’ai adoré deviner des petites choses. La fin, je ne l’ai pas vu venir. Est-ce que l’autrice va atténuer certaines personnalités ? Pitiiiiié faites que mon vœu se réalise et non que ce soit à cause d’un élément que ça arrive ! *-*


Un premier tome dur à commencer à cause de l’héroïne et de l’écriture de Laure Eve.  Petit à petit j’avais du mal à quitter le roman car je voulais connaitre les petits secrets de tout le monde et comprendre les personnages. Ils sont attachants. L’histoire est prenante, entraînante. J’accélérais à chaque page une fois que je me suis habituée à tout ça. Vivement la suite !


L'Eveil, stade 1 de Jean-Baptiste de Panafieu


Editions : Gulf Stream
Auteur : Jean-Baptiste de Panafieu
Couverture : Léonard Dupond
Parution : 22 Septembre 2016


Résumé :

Une réflexion éthologique et éthique sur la condition animale dans le monde moderne
Un mystérieux virus semble développer prodigieusement l’intelligence des animaux. À travers le monde, l’épizootie se propage rapidement dans les villes, les élevages, les forêts, affolant les biologistes, les amis des animaux… et les compagnies agroalimentaires.
Et si le rapport de force entre les animaux et les hommes s’inversait ?
Et si les bêtes décidaient de lutter pour sauver leur peau et leur liberté ?


Mon avis :
Merci aux éditions Gulf Stream d’avoir permis de donner mon avis. =)

En lisant le résumé, ça m’a rappelé un peu « Zoo », la série télé car les romans je ne les ai pas lu.  
Un jour, un virus rendant les animaux à l’état de conscience humaine si je peux dire s’échappe d’un laboratoire scientifique. Ça va créer beaucoup de questions. Ce virus va être nommé « L’Eveil » et est présent parmi nous. =P 


Comme je le disais, un virus s’échappe et va être transféré d’animal en animal. La contagion est rapide. Qu’est-ce qui va changer dans le monde ?
En lisant au fur et à mesure, on voit, enfin lit plutôt =P, l’Eveil des animaux. C’est quand ils prennent conscience du monde qui les entoure et d’eux. =) 

Dès le départ, on se questionne. Nous sommes directement dedans même si on s’interroge à ce début. La lumière monte vite au cerveau. Un petit groupe composé de plusieurs espèces va se mettre en place. On va suivre tout ce petit monde ainsi qu’ailleurs. 

C’est léger et en même temps entraînant. C’est lent et rapide. L’histoire se développe petit à petit. Ici, on a la base, le début de cette épidémie qui se propage. Comment les personnages vont faire face ? Dans quels camps vous prendrez parti ? TAN TAN TAAAAAAAAN ! 
Ce roman fait réfléchir sur la vision des animaux (donc des autres espèces) et de l’homme. Je ne sais pas s’il y a eu des recherches, du coup je ne peux pas donner mon avis sur ça. 
Le roman est assez prenant. Le point de vue assez différent permet d’être un peu de partout. 
Le schéma est assez classique, on peut deviner les différentes parties comme les industries agro-alimentaires et le reste. =P Au début, j’étais un peu stressée sans savoir pourquoi. Ça fait « peur ». Si ça arrivait en vrai, comment va-t-on réagir ? 
J’ai pris un plaisir à tourner les pages, à savoir quand les animaux se réveillent. Je trouve que le choix des points de vue est vraiment un plaisir. Ha ha ! Nous avons des humains ainsi que les autres espèces, les animaux. Suivre tout ce monde est un avantage car nous savons. Ha ! Ha ! Comment toutes les espèces vont réagir ? Est-ce qu’ils vont se venger de l’homme ? Perso, je le ferai. Hé hé ! 
Le sourire en coin en lisant des conversations. Pourquoi faire ce choix ?! J’étais curieuse et morte de rire. 

On est spectateur de ce qui se passe. On voit l’évolution, la contagion se répandre, des questions venir. Néanmoins, au fur et à mesure, le rythme de lecture s’accélère. 
Les personnages humains sont attachants à part les méchants. Y a un petit groupe soudé qui nous aide à comprendre et ils réfléchissent, se questionnent… Du coup, on peut avoir nos réponses. Parfois, les événements s’enchaînent vite et on les voit arriver. N’empêche, on a hâte de connaitre l’évolution de l’histoire et dans quelle direction ça prend. Elle est douce mais ça s’accélère, les événements rebondissent, le rythme se met au niveau des rebondissements. Pourtant, c’est simple mais tellement efficace.

Si ça arrive dans la vraie vie. Serait-on capable de quoi ? Est-ce que la vision de l’humanité va-t-elle changer ? Serons-nous prêt à cohabiter pacifiquement ? Est-ce que certains prendront conscience que les « animaux » ont autant de sentiments que nous ? =P Et si ça remettait en cause tout le fonctionnement du monde ?



C’est un premier tome qui met les bases de l’histoire. Nous sommes au commencement, et ça se développe petit à petit. Les personnages (humain ou non) sont attachants. On prend plaisir à suivre tout le monde. Les événements s’enchaînent et on a hâte d’avoir la suite ! *-*


dimanche 6 novembre 2016

♞ Tomorrow When the War Began - Saison 1 (2016)


Saison 1 diffusée en 2016.
Créée par ?.
Nationalité : Australienne.
Genre : Drame, Action.
Format : 52 minutes.

Ne pas se fier à l'affiche de la série, c'est plus doux enfin pour moi. =P

Distribution :
Acteur (rôle).
Molly Daniels (Ellie Linton) ; Narek Arman (Homer Yannos) ; Jon Prasida (Lee Takkam) ; Madeleine Clunies-Ross (Fiona Maxwell) ; Madeleine Madden (Corrie Mackenzie; Andrew Creer (Kevin Holmes) ; Fantine Banulski  (Robyn Mathers)...



Synopsis :
En revenant de plusieurs jours de camping dans un endroit reculé, huit adolescents réalisent qu'ils sont en guerre et au beau milieu d'une invasion ennemie. Coupés du reste du monde et de leurs proches, ils vont devoir apprendre à se débrouiller s'ils veulent se battre pour leur liberté.

Mon avis : 
J’avais vu le film que j’avais ADORE et quand j’ai vu qu’il y avait une série, j’ai sauté sur l’occasion. Il y a énormément de différence entre les personnages et, l’histoire. Par contre, les livres je ne les ai pas lu et faut vraiment que je le fasse un jour car une héroïne, *smouak*.

Si vous avez vu le film, je vous conseille de l’oublier un peu car l’histoire suit un chouille mais le caractère des personnages il y a une très grosse différence ! C’est impressionnant, est-ce que les réalisateurs/scénaristes/producteurs veulent prendre le temps que la psychologie des personnages évolue ?

Un groupe d’amis va faire du camping pour la première fois ou non. Ils s’amusent, ils s’éclatent, l’insouciance et la naïveté sont présentes. Puis au retour, la guerre a commencé dans leur petit village. On ne sait pas qui mais les armes doivent être prises.

Ils ont fini le lycée, ce sont des jeunes qui vont découvrir leur monde en guerre. Il va y avoir des piques, des couacs, des engueulades. Mais derrière tout ça, comment vont-ils s’en sortir ? Les séquences sur les parents, ça ne m’a pas trop plus, au début oui mais après pas vraiment. 
La série est longue mais je pense qu’il faut que tout se mette en place. Heureusement qu’il y a que 6 épisodes parce que j’aurais eu peur du scénario. 
Les personnages sont attachants. On essaye de les cerner. On se demande qu’est-ce qu’ils vont faire. Puis l’histoire est présente, chacun réagit de différentes façons. Les « envahisseurs » parlent anglais qui est pour moi illogique. Il y a un gros mystère sur cette guerre. Qui a débarqué en Australie mais également pourquoi cette petite ville en plein milieu de nulle part ?

Il y a quelques événements puis ça s’accélère à l’approche de la fin de la saison. J’ai eu beaucoup peur au fur et à mesure dans la série, les tensions montaient, j’avais souvent les gros yeux. Il y a des moments calmes et moins calmes. Une petite tension monte de plus en plus. J’avais le ventre noué parfois et cette fin ! Ma parole ! Le stress total ! On passe par plein de sentiments ! J’ai pleuré, souri, ri et pleuré. C’est super triste parfois. 
Il y a des incohérences et la différence entre le film et la série est flagrante. Pour les livres aucune idée. 
Les personnages ont plus ou moins le même caractère. Ils sont très différents et commencent à changer avec des hauts et des bas. C’est un groupe qui va commencer à se souder. On voit bien la différence entre l’insouciance de la jeunesse et le retour à la réalité. Ils évoluent, se construisent une carapace qu’ils ne voulaient pas, sans pour autant oublier l’amitié qui les entoure. =) Ils vont apprendre les uns des autres en douceur ou brutalement. J’adore Homer ! *-*

C’est une première saison tout en douceur dans l’histoire sans pour autant ne pas amener sa « violence ». Elle est interdite de moins de 15 ans en Australie. En France, je ne pense pas. Les personnages sont attachants, une histoire simple sans pour autant ne pas avoir des gros questionnements mais on se concentre plus sur la psychologie des personnages, comment avancer avec cette guerre ?