lundi 20 février 2017

Requiem de la Sorser'tan, Chtonya Verse - Bluenn de Manon Elisabeth d'Ombremont

Editions : L'Ivre-book
Collection : Imaginarium
Auteur : 
Manon Elisabeth d'Ombremont
Couverture : Vael Cat
Parution : 24 Décembre 2016


Résumé :
Avant que Nechtaàn ne tente de conquérir les Enfers.
Avant qu’Aleksandr ne cherche à asservir la race humaine.
Avant eux... Il y avait Bluenn. Et sans elle, l’histoire que vous connaissez serait bien différente.
Apprenez votre leçon, chers lecteurs, en découvrant la genèse du Chtonya Verse. Et constatez comment une mauvaise décision, prise par un amoureux maudit à l’aube du Moyen-Âge, peut condamner, au 21e siècle, tant d’innocents à la tourmente.
(Préquelle du Nechtaànomicon)


Mon avis : 
C’est une courte nouvelle qui se passe avant Nechtaànomicon. Ce dernier me tentait et je voulais découvrir cet univers. Quoi de mieux une nouvelle pour découvrir ce monde et la plume de l’autrice ?

C’est un roman dur sur beaucoup de sujets. Blueen n’a pas la vie facile  et c’est une personne tiraillée entre plusieurs sentiments surtout du côté obscur. Ha ha pardon. 😁 Elle essaie de comprendre parfois.
Au départ, je l’ai trouvé un peu dingue sur certaines choses, faut quand même avoir un mini grain ou plutôt un sacré traumatisme. Bref, nous suivons Blueen. C’est une jeune femme qui va… ha ha… va découvrir quelques petits éléments.

Ce n’est pas une nouvelle tendre quand on suit le chemin de Blueen. Nous tournons les pages pour savoir la tournure des événements. Les pensées de Blueen sont en proie à plusieurs sentiments. En la « côtoyant », nous voulons rentrer dans le roman pour la sortir de la et surtout pour lui dire plein de choses. Ce n’est absolument pas tendre. Les violences qui se dégagent nous touchent. On aimerait tellement faire des choses. J’ai eu plusieurs envies de meurtre. Étonnamment j’avais un sourire aux lèvres aux deux/trois dernières phrases, la citation. Bon, je connais pas le poème mais ça m'a fait rire ces deux phrases ! 
C’est court, en même temps, c’est une nouvelle, tout est super bien retranscrit. Il n’y a pas de superflu. Nous passons par plusieurs émotions notamment l’envie de meurtre. Oui, j’insiste ! D’autres sentiments sont là comme la joie de la voir essayer… =)
J’ai beaucoup aimé voir l’évolution de Blueen. On sent que l’autrice a bien travaillé sa psychologique. Ça ne m’empêche toujours pas de la traiter de dingue pour ce petit début. Après… Après, c’est une autre histoire. Je ne veux pas spoiler. Vous aurez une boule au ventre à chaque page. Elle est dans un monde de violence. J’ai vraiment aimé la voir instable. Vous lisez, vous saurez pourquoi. Même si j’aurais préféré qu’elle évite tout ça.  Bref, je déraille et m’enfonce en même temps. =P C’est une nouvelle remplit de violence et qui pourtant m’a emportée. J’ai aimé voir le cheminement de Blueen.
L’autrice a une écriture fluide et entraînante.




Une nouvelle courte mais bien prenante où la violence est assez présente. On s’attache à notre protagoniste féminin et on aime voir comment elle se débat intérieurement. Sa psychologie est bien présente. Néanmoins, j’aime beaucoup cette fin et j’ai rigolé. POURQUOI ?! La faute aux dernières phrases. Ça a allégé l’atmosphère. (J’ai un pétocasque aussi) Bon je vais aller découvrir Nechtaànomicon.

Miss Smart, de Manou Fuentes

Editions : Hélène Jacob
Collection : Littérature générale
Auteur : 
Manou Fuentes 
Parution : 5 Juillet 2014


Résumé :
Valérie s'ennuie mortellement dans une entreprise de distribution de produits d'entretien. Fraîche, naturelle et enjouée, elle finit par « péter un câble » et créer un « gros bordel » dans un monde à mille lieues du sien, celui des nantis. Le lecteur, auquel elle se confie, amusé par son comportement, sourit et devient au fil des pages le complice de ses aventures.

L'auteur campe ses personnages avec tendresse et humour, dans un langage qui contraste avec ses deux livres précédents, de facture beaucoup plus classique. Après son roman L'homme qui voulait rester dans son coin et son pamphlet Habemus Praesidem, tous deux publiés en 2013, voici qu'en 2014, dans une verve moderne et savoureuse, Manou Fuentes, à nouveau, nous surprend.


Mon avis : 
Merci aux éditions Hélène Jacob de m’avoir permis de donner mon avis ! =D

C’est un roman assez spécial je trouve. L’écriture fait que nous sommes complètement dans la tête de Valérie. En fait, ses pensées c’est comme si elle parlait à voix haute. C’est assez bizarre. 😜

J’ai mis un peu de temps à le lire. Il fallait au départ que je m’habitue à la ponctuation/rythme et aux multiples descriptions. Après une petite pause (le temps que je lise un autre roman), j’ai fini ce roman.
Une fois la lecture finie, c’était un roman assez plaisant à part qu’au début l’héroïne par complètement en live (je reste polie). 😜 Comment Valérie va avoir comme surnom, Miss Smart ? 😜

J’ai assez halluciné au départ à lire ce roman. Valérie est un problème, pas très sympathique mais au moins elle va changer plus tard, ouf ! C’est une casse-bonbon, grossière et chiante. Je voulais un peu la tuer pour son manque de respect et ses pensées… par contre elle est complètement barge. Comment on dit déjà ?!  Elle est siphonnée du cerveau. 😜
Sinon, l’histoire est assez sympa malgré mon début chaotique. C’est assez simple et classique néanmoins ça marche. En passant un cap et après la pause, j’ai un peu tracé. 
C’est assez humoristique tellement l’événement de départ est rocambolesque. Au fur et à mesure, on s’attache aux personnages. Nous avons plusieurs points de vue et une mini-tension monte face à ce petit élément inattendu. On avance pour savoir ce que ça va provoquer et comment tout le monde va réagir. J’ai souvent souri ou même tiré la grimace. Arrivés vers la fin, nous avons le sourire aux lèvres même si j’ai eu « peur » pour les personnages à un moment donné. C’est une intrigue prenante tout de même. =) Quel va être le verdict ?


C’est un roman assez spéciale mais plus plaisant vers la fin. Une héroïne qui change pour notre plus grand plaisir. C’est tout de même assez spécial, oui j’insiste, avec une petite intrigue entraînante. 

dimanche 19 février 2017

Terre Brûlée, tome 1 - L'Exil de Astrid Causse

Editions : Auto-édition
Auteur : Astrid Causse
Couverture : Leila Bouslama (Chez CLM)
Illustrations : Emmanuelle Ramberg
Parution : Mars 2017 


Résumé :
Sur les Terres d’Hauteroche, le royaume d’Indar était une contrée paisible. Eleanor, la duchesse en titre, était mariée au duc de Vaneim. L’apparition du mage noir, Sankdir, prince de l’Outre-Terre va venir perturber le cours des choses. Condamnée à l’exil, Eleanor doit prendre la fuite accompagnée de sa fidèle servante Katrina et du maréchal ferrant Trinks. La duchesse devra faire face à la réalité de sa situation et prendre des décisions qui changeront sa vie à tout jamais. 
La compagnie affrontera de multiples dangers lancés à leur encontre par le mage noir le plus puissant de tous les temps.
Qu’adviendra-t-il d’eux ? Parviendront-ils à en réchapper ?


Mon avis : 
Merci à Astrid Causse pour sa confiance. =D

Dès le départ, nous sommes embarqués par l’histoire. C’est surtout l’écriture d’Astrid Causse qui nous entraîne de page en page. Elle est très fluide et nous transporte.
Eleanor est une jeune femme qui a vu sa vie complètement chamboulée. Son mari l’a contraint à l’exil  et elle doit tout faire pour arriver à bon port. Le magicien noir veut sa mort et ça ne sera pas de tout repos.

Eleanor est une personne perdue mais déterminée. C’est une personne qui a besoin qu’on la protège mais malgré ça, à chaque pas devant elle, elle va s’affirmer. Eleanor se (re)construit et se (re)trouve. Son caractère enfoui va ressurgir. =)
Un perso Trinks, je l’aime bien mais il est couillon. Il est obnubilé par les différences sociétales et jaloux comme un pou. Sa petite crise, mais haaaaa quoi ! Tuez le moi ! Naan un coup de frappe à la  Gibbs pour lui remettre le cerveau droit. Ouais pas gauche mais droit !
Il y a d’autres personnages comme Katrina qu’on rencontre. Ils sont assez spéciaux mais très intéressants. Certains sont en surface, d’autres un peu moins.

L’histoire est un régal. Il y a plein de choses qui tombent au fil du temps, sans vraiment un réel but pour nous mais plus sur l’histoire. Je me questionnais souvent sur les liens, les personnages (faut avouer que les ¾ ont des secrets), un univers bien étendu sans quasiment se dévoiler et sur la trame elle-même. Cette dernière est assez intrigante. Elle est rapide et des miettes sont mis ici et là. Des petits détails nous retiennent. Plus on avance, plus on accélère tellement c’est prenant. Vers la fin, les choses progressent à une sacrée vitesse. J’étais stressée pour les personnages. :O
En fait, le récit démarre très fort, les pages ont filé à une vitesse folle devant les événements tellement que ça s’enchaînait. Ensuite, comme le récit ralentissait pour mieux laisser place à l’histoire, je découvrais mieux ce monde, les caractères des protagonistes et de mieux comprendre les liens. Parce que, parfois certains éléments/personnages nous tombent dessus. Dans un sens, c’est surprenant à cause d’une certaine facilité mais dans un autre sens, ça coule de source pour la suite. En se rapprochant de la fin, je comprenais mieux les choix de l’autrice et cette cadence. J’ai été souvent surprise et j’ai eu une lueur sadique à un moment donné. Ooops. N’empêche en étant vers la fin, il y a un peu plus de sensations et de sentiments. Mon cœur battait frénétiquement. J’ai été beaucoup étonnée et maintenant, je veux savoir ce que nous réserve la suite !
Par contre, ce que je reproche dans ce premier tome c’est que ça manque un peu plus d’émotions, de sentiments (au début et au milieu) et que beaucoup de scènes vont trop vite sans réel détails. J’aurais aimé un peu plus d’approfondissement. Il aurait fallu un peu plus de descriptions, de temps (oui la durée) et de détails pour un meilleur enrichissement. Après, j’avoue, que d’autres tomes vont arriver par la suite mais il manquait un petit truc. Un moment donné je me demandais où était passé un personnage mentionné… =P


J’aime beaucoup les illustrations à l’intérieur, surtout les cartes. =)
C’est un premier tome manquant un peu de consistance, avec néanmoins une écriture qui nous transporte très facilement. L’histoire est entraînante et les personnages attachants et/ou casse bonbons. Tout s’accélère vers la fin et on demande la suite !

La dernière nymphe, tome 1 - Bellezza de Marjorie Burbaud

Editions : Rebelle
Collection : Lune de Sang
Auteur : 
Marjorie Burbaud  
Couverture : ?
Parution : Février 2017 


Coup de cœur ♥ !


Résumé :
Enza Vergara est l’ennemi public numéro 1 des vampires. Pour cause, elle est la dernière nymphe de New York. Alors qu’elle se pensait encore à l’abri des Agents tueurs de nymphes du pays, elle se retrouve au beau milieu de la traque la plus importante du siècle. Une lutte sans merci s’engage alors entre Enza et l’Agent tueur engagé pour lui arracher les ailes et la réduire en cendres, la menant tout droit au sein d’un conflit aussi vieux que la vie elle-même. Pourtant, pour survivre, Enza n’a d’autre choix que de révéler au monde les pouvoirs ténébreux que les nymphes recèlent… À la nuit tombée, au fond de ruelles sombres et sordides, ce ne sont plus les vampires qui font la loi… Mais les nymphes.


Mon avis : 
Merci aux éditions Rebelle de m’avoir permis de donner mon avis ! =D

Ça a été très dur de lâcher le roman pour faire autre chose (à part lire le tome 4 de Meg Corbyn, il venait juste de sortir ! mais après je lorgnais ce roman), je n’ai pas pu lâcher ce premier tome !

Enza Vergara est la dernière nymphe de New-York. En rencontrant le meilleur tueur de nymphes, l’agent Callaghan, Eidon de son prénom, elle sait que sa vie ne sera plus jamais la même. L’amour, la trahison, la haine attendent sur son chemin.

C’est vrai que le résumé me tentait et j’avais un peu peur également. Dès que j’ai commencé à lire, ma peur s’est envolée et je n’arrivais vraiment pas à lâcher ce roman. Ouais, je sais je me répète, mais que voulez-vous, c’est super prenant.
Déjà, je découvrais ce monde et j’étais captivée. L’autrice a mis des créatures légendaires à son point de vue et c’est un univers original. En tout cas, je n’en avais pas encore lu ni vu. C’est un monde assez unique, et en plus il se passe dans le nôtre. Les nymphes sont les prédatrices, en haut de la chaîne alimentaire mais suite à un événement qu’on découvre dans le roman (ouf !), elles sont devenues les proies et doivent se cacher pour survivre. Enza, depuis qu’elle est née, fuit mais un jour, elle va devoir y faire face. BOUYA !

L’histoire a une base dans ce roman. N’empêche je me méfie beaucoup de certains personnages et surtout de certains liens. Ha ha ! Je divague là, l’histoire est très prenante et entraînante. En plus, l’écriture de Marjorie Burbaud est super fluide. Nous avons deux points de vue où nous voyons des différences entre les personnalités et même le style d’écriture. Je le précise car c’est super important. Quand vous lirez vous comprendrez, une nette distinction entre les deux. Vu les deux personnalités, c’est logique même. 😜
Bref, l’histoire se met doucement en place. La course poursuite frénétique s’accélère de plus en plus. On essaye de comprendre ce monde même si il est relativement simple pour le moment. En tout cas, ça marche. J’étais complètement à fond dedans. Les événements s’enchaînent et les retournements de situations se poursuivent. Je suis contente d’avoir deviné quelques éléments mais le ¾ est passé au travers. Au fur et à mesure un puzzle se met en place. Des personnages arrivent petit à petit. Ils sont surprenants, prévisibles et même imprévisibles. Ha ha !
Les découvertes sont nombreuses mais comme je le disais, tout à limite un lien. Beaucoup de sentiments et d’émotions vont ressortir. L’amitié, les trahisons, l’amour, la haine sont au rendez-vous. J’ai été très étonnée, j’ai souri, ri et eu une peur terrible à certains passages. 

Enza est une jeune femme en fuite, vu qu’être une nymphe est synonyme de « mourir ». Elle était dans son petit cocon mais tout va voler en éclat. N’est-ce pas ! C’est une jeune femme avec du caractère et un peu « peureuse ». Elle va se surprendre et son instinct va se réveiller. Elle va s’affirmer, mieux s’accepter et également douter. 
La psychologie de Callaghan est absolument divine. C’est un gros connard mais un connard qu’on aime bien (enfin à certains moments). Bon, ce qu’il fait n’est absolument pas excusable/pardonnable mais je trouve qu’avec Enza ils forment un sacré duo. C’est un être qui va être perdu, déstabilisé et tiraillé entre son instinct et son devoir. Et cette fin ! Maille, psychologiquement elle est phénoménale et bouleversante. Je crois même que je retenais ma respiration ! C’est tellement intense. *-* 😍
Une relation entre amour et haine, des sentiments contradictoires et complètements captivants. Ils se ressemblent et se complètent étrangement.
Évidemment y a d’autres personnages. Évidemment ils vont vous surprendre et renforcer nos protagonistes. Il y a beaucoup de seconds personnages mystérieux, énigmatiques et parfois naturels. =)



C’est un excellent premier tome qui met la base de l’histoire. Nous sommes entraînés de A à Z. Les personnages sont nombreux mais seuls deux points de vue, nos protagonistes, où la haine et l’amour règnent. Une histoire originale et complètement prenante ! La suite, vite !

vendredi 17 février 2017

Aélis, tome 2 - Le Secret de F.V Syam


Editions : Boz'Dodor
Collection : Fantasy
Auteur : F.V Syam
 
Couverture : Sélényx
Parution : Janvier 2017 


Coup de cœur ♥ !


** Attention de ne pas lire le résumé si vous n'avez pas lu les précédents ! **
Résumé :
Après l'incendie de Mortelune, Aélis est seule au monde : elle est la dernière magicienne connue. Mue par un ultime espoir, elle entreprend un voyage vers la forêt des Scyss, le peuple des elfes, où elle espère obtenir des réponses sur ses origines et soigner les blessures de son âme.

Mais la vie n'a pas fini de mettre des obstacles sur sa route. Une prophétie millénaire refait surface, en même temps qu'un artéfact maléfique dont les sombres pouvoirs pourraient ravager le Géhan.

Alors que la guerre menace, l'aide dont Aélis a besoin pour accomplir sa quête pourrait venir de celui qu'elle n'attend pas.

"Il est fait de lumière et d'obscurité. [...] Il détient les clefs du passé et celles de l'avenir. Une puissance sans limite, qui ne mène qu'au néant... Versatile et indomptable entité, mythe égaré, perdu sous les glaces éternelles, au-delà des Mers Blanches qui déroulent leurs vagues entre les cimes des montagnes de Kirsmaar, l'Onnsom Ru porte en lui les germes du chaos."


Mon avis : 
Merci aux éditions Boz’dodor de m’avoir permis de donner mon avis ! =D

Après qu’on ait découvert une partie de cet univers et un début d’histoire dans le premier tome, ici tout s’accentue tant dans l’histoire que les personnages.

Je ne sais pas combien il y a de tomes prévus mais vivement la suite ! 

/SPOIL/ Aélis est partie et Cyrus va la rejoindre. /FIN du spoil/
Dans ce second tome, l’univers est large. On se sent plus dans une aventure, plus dans de la fantasy. Alors qu’il y avait juste des bases, et une petite présentation dans le tome 1, nous avons ici beaucoup mieux. Voyez-vous la prophétie est en marche et nos deux héros vont devoir s’y résoudre. Pas de chance pour eux, hein ! =P

Cyrus est le personnage qui évolue le plus. Après avoir découvert la vérité sur son passé et sur son éducation il est perdu. C’est toujours l’homme fort et indépendant. Il va juste se trouver à travers les événements et en étant proche d’une personne. Son journal intime, un peu à chaque chapitre nous permette d’être dans ses pensées. Qu’est-ce que j’ai aimé ! C’est un énorme plus pour le roman et pour le personnage. Il se dévoile et nous permet de le comprendre, de voir son caractère, ses émotions et surtout ses sentiments. C’est froid, chaud, magnifique et tant de poésie ! Oui, j’ai aimé. Cyrus est un guerrier qui va devoir faire face à son pire ennemi : lui-même. 
Aélis est toujours aussi douce. Elle a du caractère mais dès qu’elle parle, j’avais l’impression qu’elle était remplie de sagesse. Si elle pète un câble, je demande à voir le résultat ! Aélis est une personne qui a la tête sur les épaules.  
Il y a beaucoup d’autres personnages, qu’on va adorer ou détester. J’ai  beaucoup souri, ri avec eux également. Citer les noms, ça serait trop long et sérieusement vos mieux faire leur connaissance. Entre les alliés et les ennemis, Cyrus et Aélis vont avancer sur le chemin de leur destiné. TAN TAN TAAN !

Il y a beaucoup de phrases qui sont pleines de sens dans ce roman. L’écriture est poétique, métaphorique et un peu enchanteresse, comme un conte. 
L’histoire se développe pour mieux nous emporter. Je n’ai pas arrêté de tourner les pages et j’avais vraiment peur d’arriver à la fin. Je me demandais ce qu’il allait se passer, quel événement va arriver. Piouf. Je trouve que c’est toujours calme dans l’histoire. Les petites bases du premier volet sont approfondies et permettent de mieux rentrer dans ce monde. Je me suis plus attachée aux personnages. J’étais complètement à fond dans ma lecture. 
Ça n’empêche pas d’avoir du calme comme je le disais. Comment dire, on ne voit pas les pages passer car les événements s’enchaînent. Ce n’est pas une grande épopée, juste une continuité vers la vérité. Et encore cette putain de fin de dernier chapitre et cet épilogue, nous donnent une irrésistible envie de SAVOIR ce qu’il se passe et ce PUTAIN de secret. Maiiis haaa quoi, je veux savoir. Bref, revenons avant mon petit craquage. Du coup, certains passages nous avons une tension qui monte. Le récit n’est pas complètement plat, il chauffe les esprits. Mmmh je n’arrive vraiment pas à m’expliquer. Les péripéties se dévoilent certains seront fatidiques, d’autres un tournent. En fait, ce second volet est un tournent dans l’histoire. Une autre mise en place, je pense, qui nous permet de souffler avant le tome suivant. Une impression que ça va être chaud bouillon par la suite. Ce n’est pas comme si, ça ne l’était pas parfois, ici. Mon cœur a failli s’arrêter et j’ai eu peur en lisant le voyage d’Aélis et Cyrus. Toutefois un sourire est souvent venu face aux réactions de nos personnages, aux scènes certaines cocasses. Il y a plusieurs points de vues mais davantage de nos protagonistes : Aélis et Cyrus.
En gros, une nouvelle partie de l’univers nous est montrée. On continue à découvrir tout ce petit monde, toutes les conséquences, toute une nouvelle mise en forme de la suite des événements. Ces derniers sont nombreux au fil du voyage, au fil de l’aventure pour « empêcher » une catastrophe. Les émotions bouillonnent et j’ai failli avoir plusieurs crises cardiaques. Certaines scènes sont exploitées mais pas assez parfois, ça n’enlève rien au charme du  roman et des pages qui tournaient à une vitesse folle.



C’est un deuxième volet plus aventure où nos protagonistes vont prendre connaissance de beaucoup d’éléments. Un récit qui nous transporte du début à la fin où j’avais du mal à la lâcher. Des nouvelles rencontres et les événements nous font plonger encore plus dans l’histoire. Je n’ai qu’une hâte, c’est de lire la suite !

mercredi 15 février 2017

Gardiens des cités perdues, tome 5 - Projet Polaris de Shannon Messenger

Editions : Lumen
Auteur : Shannon Messenger 
Couverture : Jason Chan
Parution : 16 Février 2017


Coup de cœur ♥ !


** Attention de ne pas lire le résumé si vous n'avez pas lu les précédents ! **
Résumé :
Après un passage mouvementé par Exillium, l'école réservée aux bannis, Sophie et ses amis sont de retour à l'académie Foxfire, où la jeune Télépathe n'est pas la seule, cette fois, à bénéficier de la protection d'un garde du corps. Car certains masques sont tombés : les nouveaux membres du Cygne Noir, ainsi que leurs familles, sont plus que jamais en danger... D'autant que les Invisibles, ces rebelles qui menacent les Cités perdues, multiplient les attaques. 

Tandis que la tension monte avec les ogres, forçant les elfes à accepter des changements drastiques de leurs modes de vie, notre petite troupe tente d'en découvrir plus sur le plan de l'ennemi. Sophie ne dispose pourtant que de maigres indices : son nom de code est "Projet Polaris', un étrange symbole semble en être la clé et il serait depuis le début lié à... Keefe ! 

La formidable plume de Shannon Messenger va encore une fois vous faire frémir de peur et d'émerveillement ! Dans ce cinquième tome de Gardiens des Cités perdues, retrouvez Sophie Foster, plus forte que jamais et prête à tout risquer pour protéger ceux qu'elle aime.


Mon avis : 
Merci aux éditions Lumen de m’avoir permis de donner mon avis ! =D

J’étais un chouille déçue du tome 4 et j’avais un peu peur d’avoir le même constat avec le tome 5. PAS DU TOUT ! Je me suis régalée du début à la fin, je ne me suis pas ennuyée une seule seconde. Je suis retombée amoureuse de cette saga !

Après le choc des dernières pages du tome 4, on commence tout tranquillement ce cinquième volet. Je ne spoile pas si vous n’êtes pas à jour. Une seule chose, préparez-vous !

Il y a beaucoup d’informations données. Je me suis laissée embarquer par les pages, par les découvertes, les semi-chocs. J’essaie avec Sophie de décoder entre les lignes. J’ai au moins deviné quelques trucs. Ha ha j’étais tellement dedans que je ne cherchais pas beaucoup aussi. 
C’est un tome 5 qui marque. On sent que les choses sérieuses arrivent de plus en plus. L’histoire s’approfondie pour mieux nous embarquer. Parler de l’histoire serait dommage. On passe par toutes les couleurs, entre les événements tragiques, les rires et les sourires. C’est gai en étant sombre.
C’est la première fois que je n’arrive pas à  faire un avis sur cette saga. J’ai absolument adoré ce tome. J’ai retrouvé le charme dès les premières pages. En lisant, la magie de cet univers était toujours présente. J’étais enchantée en parcourant. Les 600 et quelques pages sont une pure merveille. En gros, on ne s’ennuie pas avec ce rythme assez soutenu. Les événements s’enchaînent et les retournements de situation y sont mais carrément !  L’autrice nous fait tourner en bourrique et j’en redemandais ! J’avais peur, extrêmement peur, l’action est sans arrêt. Evidemment il y a quelques scènes « calmes », heureusement, nous pouvons respirer. Ce tome 5 commence doucement et petit à petit tout s’accélère, le puzzle s’emboîte encore plus. J’étais complètement à fond avec Sophie.
Des choix terribles vont être faits. Des choix qui vont rebondir l’histoire. Des choix complètement compréhensibles et incompréhensibles. Des révélations sont faites dans un sens minime mais puissant. Les émotions et les sentiments sont plus que jamais éveillés et dans le prochain, ça va faire mal. Pardon, mais je rigole d’avance.  Hi hi hi !


Sophie grandit toujours et évolue. Elle s’affirme de plus en plus. Les autres personnages sont toujours autant extra. Team Keefe ? Team Fitz ? HA HA je me tais. Ambiguïté tsss. Enfin bref, on sent que Sophie n’est plus jamais seule, son entourage est davantage présent. Les relations sont mises à mal ou se renforcent. On connait certaines vérités. Elle est assez mignonne dans certaines situations comme quand ça parle « garçon ». =P
Les personnages autres que Sophie sont largement présents. Ça fait du bien de voir certains davantage. J’aime en savoir plus sur eux, plus les découvrir. Vous ne serez pas déçus.

On dirait qu’on voir de plus en plus la face obscure des elfes niveau mentalité. Je me comprends, c’est vrai mais parfois les différences créent des mentalités stupides. ;)




Entre le choc, les rires, les pleurs et les sourires, nous passons par toutes les couleurs. Ce cinquième volet fait monter l’histoire d’un cran et face aux révélations, notre cœur manque des battements. Les personnages sont toujours extras. Tout s’approfondit !! Je n’ai qu’une hâte, lire ce sixième tome très vite !



lundi 6 février 2017

⁂ Assassin's Creed


Sortie française : 21 Décembre 2016
Réalisé par : Justin Kurzel
Nationalités : Américain, Français
Genre : Action, Science fiction
Distribution : 
Acteur (rôle)
Michael Fassbender (Cal Lynch/Aguilar de Nerha) ; Marion Cotillard (Sofia) ; Jeremy Irons (Rikkin) ; Ariane Labed (Maria) ; Denis Ménochet (McGowan)...


Synopsis : (-12 ans)

Grâce à une technologie révolutionnaire qui libère la mémoire génétique, Callum Lynch revit les aventures de son ancêtre Aguilar, dans l’Espagne du XVe siècle.  Alors que Callum découvre qu’il est issu d’une mystérieuse société secrète, les Assassins, il va assimiler les compétences dont il aura besoin pour affronter, dans le temps présent, une autre redoutable organisation : l’Ordre des Templiers.

Mon avis :
J’avais peur de le regarder. La première fois que j’ai vu la bande annonce et les photos du film, les costumes avaient l’air moyen mais finalement en voyant le film, ce n’était pas aussi pire.

Je dois dire avant tout que j’ai dû louper quelques informations car parfois je n’arrivais pas à comprendre surtout pour le Credo, c’est juste rentré vers la fin. Ha ha ! Il y a assez peu d’informations concernant certains éléments. J’avais énormément de questions sur les passés, la famille pour des personnages. 

Reprenons du début. Faut bien hein ! Callum Lynch, est condamné à mort. Au lieu d’être mort, il se réveille dans une étrange structure. Les personnes qui le détiennent veulent, grâce à la mémoire génétique, que Callum revive les aventures de son ancêtre au temps de l’Inquisition Espagnol. Roooh que j’aime rien que l’idée. Oops. Il descend de la guilde des Assassins et leurs pires ennemis sont L’Ordre des Templiers. BOUYAAA
Dans ma tête, je sautille de partout. Tout ce qu’il touche à l’Histoire fait le même effet si j’étais devant le Papa Noyel, et des licornes. *-*

J’ai adoré le concept. Il y a un gros défaut à ce film, c’est le manque de profondeur et de certaines informations. On dirait qu’il prépare une suite car c’est vraiment ce qu’on attend – une suite. 
Du coup, le concept de revivre certains moments de la vie son ancêtre est vraiment génial. J’étais vraiment à fond dans l’histoire côté Inquisition Espagnole, c’était une période assez horrible. Je ne veux pas trop dévoiler, juste un secret est resté caché pendant plus de 500 ans, et ça sera ici qu’on saura où il est. J’avais inconsciemment deviné quelque chose. Rooh trop forte ! =P Bref, on se sentait à cette époque et à l’aventure de ses Assassins. Une certaine angoisse et un petit réalisme envers certains personnages pendant les combats. Il y a une femme assassin et ça m’a perturbé car j’ai eu l’impression que ce n’était jamais la même actrice… =/ 
Quand on dit Inquisition, le mot « religion » revient assez souvent. Le jeu de règles, de pouvoirs sont les maîtres mots. Remarquez, encore aujourd’hui… =P Faut pas oublier l’Ordre… 

Du côté XXIeme siècle, ça met plus de temps à se mettre en place. Les informations se dévoilent au compte-goutte et le personnage de Marion Cotillard alias Sofia, j’ai vraiment eu du mal à le cerner. Je ne sais toujours pas d’ailleurs si j’ai réussi. Ça met du temps à se mettre, néanmoins, des éléments sont dévoilés. C’est vrai que je suis en contradiction, nous avons des données principales voire primordiales mais pas les petits détails, d’autres éléments moins gros qui sont là. Il manquait quelque chose. Je suis sortie du cinéma avec un petit goût d’inachevé alors que j’ai adoré ce film avec ses combats et ses effets spéciaux.
Ces derniers sont un beau visuel. C’est assez impressionnant. Je rigolais beaucoup au jeu de pose comme je dis. Ça m’a fait un chouille rire. On s’en prend plein la vue. Le jeu d’acteurs n’est pas si mal que ça. Je me suis bien régalée ! 



C’est un film avec de supers effets spéciaux, des beaux combats. Le film est prenant même si je me suis perdue. Néanmoins il manque de profondeur et on attend impatiemment une suite !